Spread the love

tiburce adagbeLe forum « Whatsapp » « Breaking news » a organisé, mercredi 4 juillet 2018, à Cotonou, une soirée intellectuelle autour des cent épisodes des textes « Mémoire du chaudron ». C’était une occasion pour permettre aux experts littéraires et de la communication de mettre en lumière les différents aspects et enseignements révélés par ces épisodes.

Débuté le 12 novembre 2017 dans un forum « Whatsapp » dénommé « Breaking news », les écrits « Mémoire du chaudron » font déjà 100 épisodes. C’est donc pour célébrer cette prouesse réalisée par Tiburce Adagbé, ancien conseiller technique à la communication du président Boni Yayi, qu’une soirée de réflexion scientifique a été organisée. Quatre panels ont meublé les discussions. Ils ont été animés par des experts en  littérature et en communication. Le premier panel, présenté par Kwamé Sènou, s’est accentué sur le thème « Du discours littéraire à l’apport des réseaux sociaux ». Selon le paneliste, les 100 épisodes ont été rédigés au gré de l’inspiration avec des pauses. Et pour cause. Le premier épisode est composé de 182 mots tandis que le dernier renferme 1756 mots. A l’entendre, « Mémoire du chaudron » fait actuellement 132 734 mots, soit 238 pages.  « C’est un roman-feuilleton composé d’un roman, d’un essai politique, d’une autobiographie et d’un guide touristique », a-t-il déclaré. Le deuxième panel portant sur « Les impacts possibles de « Mémoire du chaudron » sur la conception de la communication politique au Bénin », a été animé par Anjorin Kouboude. Selon lui, avant de s’engager dans un combat politique, il faut avoir non seulement un ancrage social et économique, mais aussi la segmentation du discours, choses que confirment les « Mémoires du chaudron ». Le communicateur a indiqué qu’il sera très difficile de remporter les élections au Bénin sans l’aide des médias. Quant à Agapit Maforikan qui a développé « Ecriture de l’histoire et rhétorique de la mémoire : l’intérêt de l’exercice », il a déclaré qu’à travers « Mémoire du chaudron », un nouveau genre littéraire est né.  A l’en croire, les écrits permettent aux lecteurs de développer des compétences. « Ils donnent les réflexes de faire-savoir, de faire-connaître, de faire-comprendre et de faire-sentir », a-t-il laissé entendre. Dans sa communication sur le thème « lecture et analyse sociologique du comportement électoral au Bénin à travers la lecture de « Mémoire du chaudron » », le Général Célestin Guidimey,  a indiqué que 07 déterminants permettent de remporter les élections présidentielles au Bénin et les écrits de Tiburce Adagbé les révèlent bien. On note, le fief électoral, la connaissance de la sociologie et de l’histoire politique, l’aide des réseaux, des mouvements et associations. A l’écouter, il y a l’apport de l’information, du renseignement de la communication politique, le soutien des grands électeurs et étrangers et enfin les ressources financières, logistiques et humaines.

 M. Y. A.

(Stag)