Spread the love
Rachidi Gbadamassi tacle l'opposition
Rachidi Gbadamassi met Yayi Boni en difficulté

Au lendemain de la déclaration de soutien du député Rachidi Gbadamassi, au candidat Sébastien Ajavon, le chef de l’Etat, Yayi Boni s’est rendu illico-presto à Parakou, fief du député. Saisissant l’occasion de lancement de bitumage de nombreuses routes, le président a tenu des propos visant à tirer l’électorat de son côté. Mais, peine perdue.

La scission de l’électorat de Parakou ne s’effectuera pas à parts égales entre Rachidi Gbadamassi et Yayi Boni. Les rapports de forces sont quasi inégaux. Le tonitruant député qui emprunte désormais le titre de professeur titulaire de chair en politique, ne partage pas le choix de Yayi Boni pour la présidentielle. Du coup, la hache de guerre est déterrée contre celui qui, hier était le mal vu et qui est devenu subitement l’enfant prodige de Yayi Boni. Rachidi Gbadamassi, avant de rejoindre la mouvance, avait fait baver le leader des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) à Parakou. L’homme a appris à voler de ses propres ailes. Et en cela, il faut lui reconnaître le mérite de sa capacité de mobilisation. L’ancien préfet, Allassane Gado avait tenté par tous les moyens de l’empêcher à trouver le chemin de l’hémicycle en 2007. Mais Rachidi Gbadamassi lui avait donné du fil à retordre. Le premier maire de Parakou et député depuis la 5ème législature, comme un nid d’oiseau, a construit son fief électoral qu’il serait difficile de conquérir du jour au lendemain. Les tentatives de fragilisation du chef de l’Etat et dans une certaine mesure du ministre en charge de la fonction publique, ne sont que vaines. Rachidi Gbadamassi semble avoir scellé un pacte avec son électorat qui lui voue de l’estime. Entre le mandant et l’élu, il n’y a pas d’interférence possible. C’est comme l’arbre et l’écorce. Alors, les têtes couronnées à qui l’élu de la huitième circonscription électorale a tant fait du bien préfèrent garder leurs amitiés et leur fidélité à Rachidi Gbadamassi. Que restera-t-il pour Yayi Boni lorsqu’on sait que les têtes couronnées ont une relative influence sur leurs sujets dans les choix qu’ils doivent opérer ?
Jean-Claude Kouagou