Spread the love

Ccib 3La région économique d’Abomey-Calavi de la Chambre du commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) a organisé, du 02 au 03 juillet 2018, le 1er salon international de l’ananas pain de sucre du Bénin dans la Commune d’Allada. La cérémonie d’ouverture de ce salon qui a eu lieu, le lundi 2 juillet 2018, a connu la présence de Jean-Baptiste Satchivi, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib).

Porter l’ananas pain de sucre au rang des spéculations agricoles les plus en vue de la région économique d’Abomey-Calavi et en faire une culture de rente par excellence. C’est l’objectif que vise l’organisation du 1er salon international de l’ananas pain de sucre. Producteurs, transformateurs et toute la chaîne de commercialisation se sont donnés rendez-vous au stade municipal de la Commune d’Allada pour réfléchir sur la question. A la cérémonie d’ouverture, Michel Acléhinto a souhaité la bienvenue aux hôtes pour avoir choisi la Commune qu’il dirige pour l’organisation de ce salon. Laurent Gbèdo, président du comité d’organisation, a remercié tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette rencontre. A l’en croire, l’ananas pain de sucre est un produit labélisé qu’il faut entretenir pour que cela soit source de devises pour le Bénin. Abondant dans le même sens, Bertille Guèdègbé Marcos, présidente de l’association interprofessionnelle de l’ananas a rappelé que l’ananas pain de sucre se cultive dans le département de l’Atlantique. « Le gouvernement fait beaucoup d’efforts pour la promotion de ce produit agricole, et nous devons tous accompagnés cela », a-t-elle souligné. A sa suite, Jean-Baptiste Satchivi, président de la Chambre du commerce et d’industrie du Bénin, a rappelé que l’un des engagements majeurs de la Ccib est de promouvoir et valoriser le potentiel économique, commercial et industriel des différentes régions du Bénin. Selon lui, l’ananas est le 3ème produit que  le Bénin exporte après le coton et l’acajou. C’est pourquoi il invitera les acteurs de la filière à s’approprier les ambitions du gouvernement qui est de doubler la production d’ananas d’ici à 2021,d’atteindre une moyenne de 600.000 tonnes de production nationale, et de réussir à transformer 50% de l’ananas produit au Bénin et surtout faire baisser la proportion des fruits non-conformes rejetées par les exportateurs de 80 à 20%. « Je fais le vœu qu’à l’issue de cette rencontre, nous soyons suffisamment déterminés à aller dans le monde entier pour faire savoir que l’ananas pain de sucre du Bénin a fait peau neuve et qu’il est à même de conquérir tous les marchés », a-t-il conclu. L’honneur est revenu à Bonaventure Kouakannou, directeur de cabinet du ministre de l’agriculture de l’élevage te de la pèche, de lancer les activités de ce salon. Selon lui, l’organisation de ce salon est un signe qui rassure que la filière agricole est en bonne marche.

 Armel Nelson Avadémey