Spread the love
malabo
Abdoulaye Bio Tchané et Saulos Klaus Chilima, coprésidents du forum

Cotonou était à l’honneur hier mardi 12 décembre 2017. La métropole économique a accueilli la rencontre inaugurale du Forum Malabo Montpellier (MaMo). Coprésidée par le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané et le Vice-président du Malawi, la réunion a permis aux dirigeants africains de tirer des enseignements des pays qui réalisent des progrès dans la lutte contre la faim et la malnutrition.

La lutte contre la faim et la malnutrition peut être gagnée en Afrique. Plusieurs pays ont réussi à la réduire sensiblement ces 10 dernières années. Mais, en Afrique subsaharienne, la sous-alimentation a touché 224 millions de personnes en 2016, ce qui représente 25% des personnes sous-alimentées dans le monde. Pour inverser la tendance, les dirigeants africains multiplient les initiatives. Après la 33ème Semaine du Club Sahel et de l’Afrique de l’Ouest organiséedu 4 au 8 décembre 2017 au Bénin, Cotonou a accueilli hier, la première réunion du Forum Malabo Montpellier (MaMo).Moment de dialogue et d’échange, entre les décideurs politiques venus de toute l’Afrique, ledit Forum a permis d’évaluer les progrès réalisés au plan nutritionnel en vue d’atteindre les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et les objectifs de la Déclaration de Malabo. A l’ouverture des travaux, le ministre de l’Agriculture,Gaston Dossouhoui, a rappelé le contexte dans lequel se tient cette rencontre de Cotonou. « Cerendez-vous intervient dans une période où les pays membres de l’Union africaine s’investissent à élaborer leur rapport biennal permettant d’évaluer leurs progressions dans la mise en œuvre des engagements de Malabo », a-t-il confié.

A sa suite, le Vice-président du Malawi, Saulos Klaus Chilima, coprésident du Forum, a passé en revue les objectifs prescrits à la rencontre par l’Ua et la Déclaration de Malabo et la situation de la nutrition dans son pays. « Pour atteindre ces objectifs, la collaboration sera fondamentale », a-t-il fait remarquer.

Le Bénin dans la zone rouge

Le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, coprésident du Forum, a peint chiffres à l’appui, le tableau sombre de la situation nutritionnelle en Afrique en général et au Bénin en particulier. En effet, notera-t-il, « 58 millions d’enfants de moins de cinq ans sont trop petits pour leur âge en Afrique, 13,9 millions pèsent trop peu pour leur taille et 10,3 millions sont en surpoids ». Mieux, « 163,6 millions d’enfants et de femmes en âge de procréer sont anémiques, 220 millions de personnes souffrent d’une déficience calorique, 8% des adultes de plus de 20 ans sont obèses », a-t-il ajouté. Au Bénin, le gouvernement n’est pas resté les bras croisés avec le niveau de la malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans qui est de 34% ; untaux qui se situe au-dessus de 30%, seuil jugé critique par l’Oms. Les différentes actions menées notamment les cantines scolaires pour réaliser non seulement l’objectif des 10% de Maputo, mais aussi de bouter la faim hors du pays ont été passées en revue. Les travaux ont pris fin par la présentation du rapport du panel Malabo Montpellier intitulé : « Comment l’Afrique peut construire un futur sans faim ni malnutrition ? » et une cérémonie de clôture.

 SA