Spread the love
parakou_maire
Le maire Charles Toko en blanc à l’ouverture de la session

Le conseil municipal de Parakou a tenu,  vendredi  31 mars, sa première session ordinaire de l’année 2017. Plusieurs sujets importantspermettant à la ville de Parakou de prendre son envol pour un réel développement ont été débattus.

A cette session ordinaire, les élus municipaux, sous l’impulsion du maire Charles Toko, ont examiné tous les points inscrits à l’ordre du jour. De leurs riches réflexions, ils ont retenu d’éponger le passifqui transparait dans le compte administratif de l’année 2016 qui s’élève à la somme de 520 millions de FCfa. Pour  y arriver, plusieurs réformes seront mises en œuvre. Concernant le collectif budgétaire, notamment le deuxième de l’année qui vient d’être adopté, il est motivé par les entrées de fonds découlant des activités de la société Sgmp à hauteur de 135 millions de FCfa non prévus dans le budget primitif. Egalement, il y a un apport de 67 millions de FCfa relatifs au dédommagement de l’EppWanssirou obtenus des travaux de la voie de contournement de la ville. Par ailleurs, le conseil a adopté à cette session la règlementation de certains secteurs informels conformément aux textes sur la décentralisation en vue d’accroître les sources de revenus de la mairie. Ainsi, entre autressecteurs concernés, les conducteurs de taxi-motos communément appelés Zémidjans seront réorganisés. La réforme au niveau de cette activité apporte des avantagesaussi bien aux populations qu’à la municipalité de Parakou.Cette réforme prend en compte leur identification décidée par le conseil municipal. Les secteurs de collette de la ferraille, des garde-vélos, des grossistes d’essence frelatée et de vente de « pure water » ne seront pas du reste. S’agissant du nouvel organigramme de la mairie initialement rejeté lors de la session extraordinaire du 31 janvier 2017, un séminaire est  programmé pour le 22 avril prochain. Dans le souci de mieux servir ses administrés, le conseil municipal a autorisé l’ouverture d’un bureau de la commune de Parakou à Cotonou. Il faut noter qu’un logiciel sera acquis pour empêcher l’évasion fiscale dans les différents marchés de la ville en vued’une traçabilité dans la gestion des fonds. Le conseil municipal de Parakou a également décidé de s’engager dans un partenariat avec les Communes de Kérou, Kouandé et Péhunco (2kp) dans le département de l’Atacora. Conscients de l’insuffisance du fonds Fadec, les conseillers ont adopté la créationd’une société d’investissement et de développement à travers laquelle la municipalité de Parakou pourra désormais renforcer ses sources de financement dans le cadre du partenariat public-privé. Pour ce faire, elle compte installer entre autres, l’unité de dialyse du ChdBorgou et sa dotation en engins lourds.

 Alexis Ogoubi

(Stag)