Spread the love

abdoulaye-bio-tchaneLe Ministre d’Etat chargé du plan, Abdoulaye Bio Tchané, a procédé, mercredi 27 juin 2018, à l’ouverture de la 21ème Session du Comité intergouvernemental d’experts de l’Afrique de l’Ouest. Ces travaux permettront d’étudier les nouveaux défis et perspectives de l’intégration régionale.

Analyser les recommandations formulées lors de la réunion ad’hoc des experts de la Communauté économique des Nations-Unies pour l’Afrique tenue à Cotonou du 25 au 26 juin 2018. C’est l’un des objectifs de la 21ème Session du Comité intergouvernemental d’experts de l’Afrique de l’Ouest qui se déroule du 27 au 29 juin 2018. Avec pour thème « Intégration régionale en Afrique de l’Ouest : Nouveaux défis et perspectives », cette session vise à analyser les récentes évolutions pouvant impacter le développement économique et social des pays de l’Afrique de l’Ouest. Cela, en vue d’identifier les principaux défis à relever et faire des recommandations pour accélérer la croissance et la transformation économique de la sous-région. Selon le Directeur du Bureau sous régional de la Cea pour l’Afrique de l’Ouest, Dimitri Sanga, le thème de la Session vient à point nommé. Car a-t-il dit, son choix  trouve toute sa pertinence et son fondement au regard des dynamiques en cours dans la sous-région dont  l’élargissement de la Cedeao, le lancement officiel de la Zleca, la création de la monnaie unique sous régionale et la situation dans le Sahel. « C’est donc à la lumière de tous ces défis et perspectives que la Cea  a décidé d’engager les éminents délégués ici-représentés dans des réflexions et analyses en vue de mieux orienter et guider la Cedeao et ses Etats membres vers des approches et réponses novatrices aux différents défis au bénéfice des populations», a déclaré Dimitri Sanga. Quant au ministre d’Etat chargé du plan, Abdoulaye Bio Tchané, il a fait savoir que la 21ème session du Cie permettra de débattre des évolutions enregistrées au niveau des différentes dimensions de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest, d’en identifier les principaux défis et leviers afin de lui donner une nouvelle dimension. A l’entendre, le contexte régional ouest-africain est marqué par certains faits socio-économiques qui interpellent les Etats. Il a cité l’influence du poids économique du Nigéria sur les pays de l’Afrique de l’Ouest, la recomposition probable de la Cedeao, la création de la Zleca, les défis sécuritaires, les problèmes démographiques et migratoires  et les crises socio-politiques. « Au-cours de la présente session, les thématiques qui seront abordées doivent inspirer dans la perspective d’amener les Etats, à optimiser ou pessimiser, à réfréner ou accélérer, à promouvoir ou enrayer selon les différents cas et selon les effets attendus ou désirés », a indiqué l’autorité ministérielle.

Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)