Spread the love

ICC-SERVICESLes débats dans le cadre de la 23e journée du procès Icc-services, se sont poursuivis ce mercredi 23 janvier 2019, à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) à Porto-Novo. Étaient à la barre, Yannick Lègba, commissaire principal de police, Michel Agbonon, chef d’agence Icc-services à Bazounkpa et Justin Dimon, pasteur sur lequel pèsent des soupçons de recel de produits d’escroquerie avec appel au public.

Le commissaire principal de police, Yannick Lègba a été la première personne à être auditionnée en qualité de sachant. Alors que le comité de suivi était à pied d’œuvre pour clarifier la situation des déposants, il avait été désigné par Direction générale de la police nationale en qualité de statisticien pour donner un avis technique sur la base des données découlant du recensement réalisé par l’Insae. Son nom avait été abondamment cité lors de dépositions antérieures notamment lorsqu’il s’était agi de comprendre d’où provenait des statistiques objets de controverses, en l’occurrence la dette de 68 milliards au préjudice des déposants de Icc- services. Il devait fournir les outils de compréhension et les paramètres d’analyse des données issus de son travail. Avec sa déposition, la Cour a été contrainte à la résignation car elle n’a obtenu d’autres explications que celle de l’avis technique qu’il a donné sur la base des éléments d’information fournis par l’Insae. De l’audition de Michel Agbonon, il est à retenir que de stagiaire à l’agence de Lokossa, il est passé courant avril 2010 avec la couverture du directeur financier de Icc-services Etienne Tihoundro, une agence qu’il a dirigé juste pendant trois mois avant l’éclatement du scandale Icc-services. Il est poursuivi au même titre que les responsables de Icc-services pour associations de malfaiteurs escroquerie avec appel au public. Quant au pasteur Justin Dimon, il avait été appelé à déposer, mais  n’avait pas d’avocat. Me Hervé Gbaguidi s’est alors constitué pour le défendre. Dans une logique de déballage, ponctuée de références bibliques, il a déclaré que tous les crimes dont on l’accuse, sont dus à Boni Yayi. Il  prétend devant la Cour porté plainte contre lui. Le procès a été suspendu et devra reprendre à 14h.

Léonce Adjévi