Spread the love

IMG_20181104_125920Le ministre délégué en charge de la Défense nationale, Fortuné Alain Nouatin,  a organisé un meeting, dimanche 4 novembre 2018, au stade municipal d’Abomey. Au cours de cette rencontre, les actions du gouvernement ont été exposées aux populations du Plateau d’Abomey.

Le ministre Fortuné Alain Nouatin n’a pas porté les gants dimanche dernier à Abomey, pour tancer les détracteurs du gouvernement. Pour lui, beaucoup de personnes interprètent mal les actions du chef de l’Etat.  « Et si nous voulons le développement de notre nation quels sont alors ses facteurs sur lesquels il faut tabler», s’est-il demandé ? Au premier plan,  c’est l’homme dira le ministre, car c’est l’homme qui fait et conduit le développement. Il a ensuite rappelé les prouesses du gouvernement pour améliorer les conditions de vie des populations dans les secteurs de l’énergie, l’eau, la paix, la sécurité. Il s’en déduit logiquement que le chef de l’Etat est chemin de le développement, « n’en déplaise à tous les détracteurs ».  Le ministre a également rappelé les réformes visant à garantir à la population une large couverture des soins de santé. Le souci du gouvernement, a-t-il ajouté,  est qu’il faille garantir  la disponibilité permanente et optimale des soins à tous les niveaux du système sanitaire. Selon le ministre, c’est cette ambition du gouvernement qui a motivé le retrait de droit de grève aux agents de santé. Autre raison du retrait de droit de grève selon le ministre,  c’est d’éviter que les agents de la santé prennent en otage la population.  Fortuné Nouatin a ensuite démontré la justesse et le but visé par  la construction du d’un hôpital de référence   de  norme internationale à Abomey Calavi, l’un des  programmes phares du gouvernement. « La plupart des maladies graves telles le cancer, les diabètes ne peuvent pas être prises en charge actuellement sur les plateaux techniques du Bénin. Pour les traiter,  on est obligé de faire des évacuations sanitaires qui coûtaient  30 voire 50 milliards/an. Sur 5 ans ou 10 ans cela fera 500 milliards, c’est-à-dire  le coût de construction de  l’hôpital de référence.  En clair, cet hôpital va permettre au citoyen lambda de Djidja, Agbangnizoun,  Bohicon ou Abomey d’avoir accès aux soins, au lieu que cela soit juste  1% de privilégiés qui consomment 50 milliards par an pour se faire traiter à l’étranger. En somme, le ministre a attiré l’attention des populations de la 23ème circonscription électorale sur les réformes qui se font par le gouvernement du président Talon dans les domaines de l’éducation, de l’eau, de la sécurité, de l’énergie, de l’environnement juridique et institutionnel. « Ceux qui disent que ça ne va pas dans le pays, c’est par ce que ce qui se passe aujourd’hui va à l’encontre de leur intérêt personnel, et  contre toutes les autres pratiques néfastes à l’essor économique de ce pays », a déclaré  le ministre

 Gaétan Nato

(Br Zou-Collines)