Spread the love
Aurélien-AGBENONCI-« Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse». Telle a été la thématique autour de laquelle, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine ont échangé  les 30 et 31 juillet 2017.  Le ministre des Affaires étrangères a fait le point de la rencontre mercredi 5 juillet 2017 à son cabinet.
« La jeunesse constitue aujourd’hui 70% de la population africaine. Investir dans cette jeunesse, c’est tout d’abord la rassurer de notre détermination à lui ménager un avenir acceptable, c’est la convaincre que l’Afrique est, et demeurera, son socle et sa mamelle nourricière ». C’est par ces termes que le président de l’Union africaine, Alpha Condé, avait ouvert le 29ème sommet de l’organisation panafricaine,  lundi 3 juillet 2017. En faisant, face à la presse mercredi 5 juillet 2017, le point de la participation du Bénin,  le chef de la diplomatie, Aurélien Agnénonci, a indiqué que ce sommet a été positif pour le Bénin, et l’Afrique. Entre autres préoccupations de ce 29ème sommet, la réforme de l’Ua, adoptée en janvier dernier, avec notamment la question de son financement. Les principaux conflits du continent tels que ceux qui sévissent en Libye, au Mali, au Soudan du Sud et en Somalie ont également été abordés. L’Afrique a décidé de prendre en charge 25% des opérations en territoire africain et que les 75% qui restent soient financées par le Conseil de sécurité de l’Onu. L’objectif est ainsi de s’affranchir des donateurs étrangers. En effet, plus de 80 % des financements viennent des bailleurs de fonds non africains, notamment l’Occident, la Turquie et la Chine. Pour l’heure, une taxe prévoit d’instaurer un prélèvement de 0,2 % sur les importations afin de gagner son autonomie financière. Sur la question du financement de l’UA, le tiers des États a  accepté le principe, certains ont même commencé à modifier leur législation nationale pour s’y adapter. Par ailleurs, il a été décidé de la dissolution du mécanisme d’orientation du Nepad et la  création d’une zone de libre-échange continentale. Le budget de l’organisation adoptée avoisine  769 millions de dollars.  Il a été discutée de la représentativité de l’Afrique au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies avec la présence d’au moins deux pays africains dans ce cercle. En marge de ce sommet, le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Aurélien Agbénonci, a signé deux accords sur coopération de développement politique et économique avec le Kenya. Au cours de ce point de presse, le ministre a annoncé la visite au Bénin dans quelques semaines de la présidente de la Confédération Suisse.
 
W.N