Spread the love

handLes équipes féminines ayant participé à la phase finale du tournoi de handball « Carrefour des générations » ont reçu le soutien de Laurentine Adossou Davo Ahokpè. Les bras chargés, cette « Amazone » du développement de la cité a encouragé les filles à maintenir le cap. C’était le dimanche 20 mai 2018 au stade municipal d’Abomey. La présence de Laurentine Adossou Davo sur un terrain de handball pouvait susciter des questionnements quand on sait qu’elle est une femme politique. Mais en honorant de sa présence la phase finale du tournoi de handball « Carrefour des générations » aux côtés des filles, elle a voulu briser le mythe des hommes politiques qui confondent le développement à la politique. Selon elle, le développement rime avec la politique et les deux doivent aller de pair. Mais malheureusement, tel n’est pas le constat. «Les politiques sont souvent absents sur le  terrain du développement », a-t-elle regretté. Ayant compris les enjeux du développement, elle a estimé qu’il faut commencer par soutenir les initiatives de la jeunesse à la base. Ainsi, elle s’est portée garante d’accompagner les jeunes, en l’occurrence les femmes dans leurs projets d’épanouissement. Et c’est ce qui justifie sa présence sur le terrain de handball. « Partout où la gent féminine s’échine et cherche à se faire valoir, je me porte garante à la soutenir », a-t-elle déclaré. Elle a poursuivi en faisant remarquer que  cette initiative qui a intégré les femmes mérite d’être accompagnée parce qu’elle entre dans le cadre de l’épanouissement de la cité et s’inscrit dans la droite ligne de la vision du gouvernement pour le sport et le social. « La gent féminine a compris aujourd’hui qu’il faut prendre son destin en main en participant à ce tournoi. Vraiment, c’est à saluer », a-t-elle déclaré. Au-delà de la politique, elle a  invité  les  hommes à penser au développement de nos localités en soutenant les initiatives de la jeunesse. « Toutes les fois que les jeunes me solliciteront, ils  me verront à leur côté » a-t-elle promis tout en s’engageant à réorganiser les équipes féminines.

Zéphirin Toasségnitché

(Br : Zou-Collines)