Spread the love

ecu(1)Après le nul vierge décroché dimanche 9 septembre 2018 à Lomé contre les Eperviers du Togo, nous avons noté la prestation des Ecureuils. Le point…

Fabien Farnolle 6,5/10 : Avec un arrêt incroyable sur la tentative de Kodjo Fo-Doh Laba (48è) en début de seconde période, il est resté concentré et décisif quand il le fallait. On l’a bizarrement vu fragile sur une sortie aérienne. Sinon à part ça, il a fait un match plus que correct. Imposant dans sa cage, il a dégagé de l’assurance comme à son habitude. Ses longs ballons sur Steve Mounié ont connu un taux de réussite élevé. Et il s’est même permis un crochet sur Emmanuel Shéyi Adébayor. Inspiré.

 Khaled Adénon 6,5/10 : C’est le boss. Il a dirigé, replacé sans arrêt ses deux autres partenaires du trio défensif. Positionné au centre, l’Amiénois a encore fait un match dans son style. Sobre dans les duels, avec de l’anticipation et des relances soignées. Si l’assise défensive des Ecureuils n’a pas été bousculée, c’est parce qu’il tenait le gouvernail. A 33 ans, on a presque l’impression que l’âge le bonifie. Impeccable.

 Junior Salomon 6/10 : Aligné à droite de la défense à trois, il a sorti un match dans son style habituel avec beaucoup de puissance et de présence physique. Dur sur l’homme, il n’a pas perdu beaucoup de duels. A part un retard dans le timing sur les ballons en profondeur, on ne l’a pas vu en difficulté. Malgré le changement de système, il n’a pas perdu ses affinités avec Adénon. Correct.

 Olivier Verdon 7/10 (Homme du match) : Aligné à gauche dans le trio central défensif, il a sorti un match de patron. Très propre dans ses duels et dans ses relances, il dégage une assurance inhabituelle pour un gamin de 22 ans. L’ancien Bordelais a maîtrisé sans état d’âme Emmanuel Shéyi Adébayor. L’ancien Madrilène qui finit par lui offrir son maillot au coup de sifflet final. Classe.

 Chams-Deen Chaona 5,5/10 : Aligné en piston droit, il a rendu une copie à deux visages. D’abord sur le plan défensif, il a très bien verrouillé son couloir, avec ses prises aux duels et son placement sur les interceptions. Il n’est pas souvent tombé dans le piège des ailiers adverses. Mais son apport offensif a été quasi nul. A part deux centres dans le jeu, il n’a été d’aucune utilité dans la moitié adverse. De gros progrès à faire dans ce registre s’il doit continuer à ce poste. Pour une première cape, il a quand même été loin d’être ridicule. Il peut mieux faire.

 David Kiki 5,5/10 : Il avait plus de repères offensifs dans son rôle de piston gauche qu’il connaissait très bien. Mais le Brestois n’était visiblement pas en pleine possession de ses moyens pour prendre son couloir. Quoique il aurait pu être passeur décisif pour Jordan Adéoti en seconde période où il a été le plus présent car dans la première période le jeu penchait plus à droite. On attend un peu mieux tout de même. Satisfaisant.

 Jordan Adéoti 6,5/10 : Il a tout donné pour l’équilibre de l’équipe dans l’entre-jeu. Il a parcouru un nombre incalculable de kilomètres pour faire le pressing, un harcèlement de tous les temps. En position haute comme basse, le capitaine auxerrois a prouvé qu’il maîtrisait le poste. Il a aussi été très utile à la récupération, dans ses choix de relances souvent verticales et très appliqué dans sa justesse technique. On ne peut rien lui reprocher si ce n’est son occasion manqué de la 66è minute. Convaincant.

 Stéphane Sessègnon 7/10 : Aligné en doublette avec Adéoti au milieu, il a balayé tous les doutes sur son état physique et son engagement. A 34 ans, il a sans doute donné une leçon avec son sens du sacrifice dans le harcèlement puis l’orientation du jeu béninois. Evidemment on a pu apprécier son coup de rein. Même s’il était plus bas qu’à son habitude, il a clairement eu de l’influence sur le comportement de l’équipe. L’ancien Parisien n’a pas cessé de replacer et gueuler pour rappeler ses coéquipiers à l’ordre. Même si les Togolais avaient mis un contrat sur sa tête, il a pris des coups et s’est relevé pour le combat. Exemplaire.

 Jodel Dossou 5,5/10 : Son match laisse un arrière-gout d’inachevé. En première période, il a vraiment démarré son match quand il est passé à droite. Entre accélération, prise de risque et percussion, il était dans son style. Il a été l’origine des meilleures actions béninoises mais comme souvent son manque de lucidité dans les derniers mètres a coûté cher. Il aurait pu faire beaucoup mieux. Intéressant.

 Michale Poté 5/10 : A l’image de ses dernières prestations sur le côté, l’attaquant s’est beaucoup dépensé dans le replacement et s’est peu signalé offensivement. Un match difficile voire quelconque. Il aurait pu être le héros s’il avait transformé son occasion de la 41è minute. Remplacé par Désiré Sègbè Azankpo à la 69è minute, il a fait beaucoup de sacrifices sans être récompensé. Insuffisant.

 Steve Mounié 6/10 : Il a mené la vie dure à la défense centrale togolaise. Presqu’imbattable dans les duels aériens, il a très bien assuré son rôle de pivot en pointe. Même s’il manquait parfois de soutien pour enclencher les attaques, le sociétaire d’Huddersfield Town s’est aussi dépensé dans le pressing sur la première ligne. Il a été décisif en sauvant un ballon sur la ligne alors que Farnolle était battu. Il aurait pu être passeur décisif si Poté n’avait pas vendangé. Un match complet où il ne manquait qu’un petit but.

 Géraud Viwami

(Coll)