Spread the love
clement-kodokpo
Le Sg Syntra-Sonapra, Clément Kodokpo favorable à la liquidation

Au détour de l’émission «Zone franche» du dimanche 18 juin 2017,  le Secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la Sonapra, Clément Kodokpo a rappelé les démarches menées par le liquidateur pour une éventuelle  liquidation de la Société nationale des produits agricoles (Sonapra).  Il  s’inscrit, par ailleurs,  en faux contre les allégations faisant état d’une liquidation sauvage de la société sans  prise en compte du volet social.   

Le Secrétaire général (Sg) du Syntra-Sonapra, Clément Kodokpo, ne se reconnait pas dans les déclarations faites par  l’Ultra-Sonapra sur  la liquidation de la Société nationale des produits agricoles. Après avoir dénoncé la mauvaise foi de l’Ultra-Sonapra sur l’émission «Zone franche» du dimanche 18 juin 2017, l’invité a réaffirmé son soutien indéfectible au gouvernement  pour les réformes annoncées pour sortir la Sonapra du gouffre. Selon le Sg, la situation dans laquelle végète la société est le signe d’un échec collectif et,  il était souhaitable que l’Etat prenne ses responsabilités pour mettre un terme à la saignée. La liquidation de la Sonapra n’est pas une surprise pour les travailleurs», déclaré le syndicaliste pour  qui, la société a commencé par sombrer depuis 1997. Après avoir fait une étude comparative des actifs et passifs de la société, Clément Kodokpo a fait savoir que des pertes cycliques ont été enregistrées à la Société nationale des produits agricoles de 1997 à 2017. Ce qui fait que  la Sonapra ne fonctionne depuis lors que sur la base des subventions de l’Etat. La chose s’est accentuée plus ces cinq (05) dernières années avec un lourd passif de plus de 150 milliards de francs Cfa.  «Je ne peux pas accepter que l’Etat débourse cette bagatelle pour ressusciter une société moribonde parce qu’elle est caractérisée par une gestion désastreuse», a déclaré le syndicaliste. A en l’en croire,  l’initiative de la liquidation  ne vient pas du gouvernement du Nouveau départ, mais plutôt du Conseil d’administration qui, face à la gravité de la situation, a introduit une communication en Conseil des ministres pour que la Sonapra soit liquidée. «On a souhaité qu’il y ait un plan stratégique pour restructurer la Sonapra. Les démarches ont commencé avant l’avènement du gouvernement Talon», a-t-il expliqué. Par ailleurs, selon l’invité, cette option a été prise parce que le Conseil d’administration a envisagé des solutions durables pour sauvegarde de l’intérêt des travailleurs. Tout en reconnaissant les conséquences qu’entrainerait une liquidation, à savoir le remerciement du personnel, le Sg rassure l’opinion des dispositions prises pour le juste dédommagement des travailleurs. Cette opération s’effectuera en deux phases : la 1ère consistera à payer les indemnités de licenciement et les indemnités de préavis ; la 2ème  phase consistera à concrétiser les perspectives annoncées aux travailleurs c’est-à-dire des appels à candidatures pour le redéploiement des agents licenciés. Pour ce faire, l’équipe de liquidation, en plus des  délégués du personnel,   a associé au processus le Syntra-Sonapra et l’Ultra-Sonapra. Pour illustrer ses propos, l’invité de «Zone franche» a exhibé des procès-verbaux de réunions pour confondre ses détracteurs. Tous les cadres ont encore la possibilité de postuler. La limitation d’âge a pu être levée grâce aux autorités. Pour les petits postes à savoir chauffeurs, secrétaires,  le gouvernement fera le discernement pour que ces emplois soient préservés. Par ailleurs, l’invité de Canal 3 Bénin a dénoncé les politiciens qui instrumentalisent la misère des travailleurs.
 Odi I. Aïtchédji
(Coll)