Spread the love
homékyconfejes
Le ministre Oswald Homéky dirige désormais la Confejes

La Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de l’espace francophone (Confejes) a pris ses quartiers à Cotonou pour deux jours. La 36è réunion annuelle qui a ouvert ses travaux ce jeudi au palais des congrès, avec 43 pays participants, a vu le ministre béninois des Sports Oswald Homéky succéder à la Congolaise Maguy Kiala Bolenga, à la tête de l’organisation.
Conformément à ses statuts, la présidence tournante de la Confejes revient de droit, pour deux ans,  au ministre en charge de la Jeunesse et des Sports du pays hôte. La désignation de Oswald Homéky obéit donc à une longue tradition. Mais il n’y a pas que du symbole dans ce choix. La 36è réunion à laquelle Haïti a renoncé au profit du Bénin, est celle de la redynamisation d’une organisation intergouvernementale qui, les deux dernières années n’a eu qu’une existence juridique. La présidence de Oswald Homéky est donc charnière pour la survie de la Confejes. L’homme a pris la mesure de la tâche qui l’attend, hier à l’ouverture des travaux au palais des congrès de Cotonou : «  Je serai un président présent, je serai un président doux mais je serai un président rigoureux sur la méthode et les résultats ». Les responsables au plan administratif de la Confejes, eux, sont déjà convaincus que le mandat de Oswald Homéky sera une réussite. « La Confejes est fière de la République du Bénin et de son chef de l’Etat, son Excellence Patrice Talon, pour la sollicitude et la volonté politique qui ont permis de contenir cette session dans les délais prescrits par les statuts de l’organisation.  En effet, c’est un grand défi qui a été relevé après le désistement de la République de Haïti », s’est réjoui son secrétaire général Bouramah Ali Harouna. Autant le dire, la cérémonie de lancement de la 36è réunion de la Confejes, présidée par le ministre béninois des Affaires étrangères Aurélien Agbénonci, représentant le président Patrice Talon, n’était pas que protocolaire. Le sentiment général des participants était à l’espoir au moment d’aborder les travaux. En 48 heures, les ministres de la Jeunesse et des Sports des pays membres de la Francophonie vont examiner la  revue à mi-parcours préparatoire d’une révision pragmatique des orientations 2015-2018 définies par la 35è conférence ministérielle à Kinshasa en République Démocratique du Congo, internaliser les orientations retenues par le 16è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie, adopter de nouveaux textes fondamentaux, revoir à la hausse les cotisations des Etats et gouvernements du sud. La rencontre de Cotonou va déboucher sur l’élection d’un nouveau secrétaire général pour la Confejes pour un mandat de quatre ans. Le sortant, le Nigérien Bouramah Ali Harouna  est favori à sa propre succession.

Abib Ishola Arouna