Spread the love

Ravip2Les centrales syndicales dégainent contre le Ravip. Ils mettent en cause l’opérateur technologique chargé de sa réalisation et mettent en doute l’opération sans chercher à comprendre de quoi cela revêt. La mauvaise foi des partenaires sociaux contre le Ravip est mise à nu. En effet, car juste après son installation le comité de pilotage a voulu échanger avec plusieurs couches sociales du pays,  avant la mise en œuvre de la communication qui était prévue autour de ce recensement. Les organisations religieuses, les organisations professionnelles, élus locaux, centrales syndicales, conférences administrative départementales les élus et les centrales syndicales ont été ciblés. Alors que toutes les autres organisations ont répondu à la demande d’audience, et ont demandé au comité de pilotage de venir faire leur exposé,  les centrales syndicales n’ont pas donné suite à la demande d’audience déposée depuis 30 aout 2017. Malgré cela, le comité de pilotage les a encore invités à une séance d’information le mardi 24 octobre 2017. Mais malgré le courrier qui leur a été adressé le 18 octobre 2017, ils ont brillé par leur absence. Les décharges des courriers existent et démontrent la mauvaise foi des centrales syndicales. Elles ont préféré la rue,  en s’associant à des politiciens en panne d’argument,  pour dénoncer un outil qu’elles ne maîtrisent pas. A cet instant, on n’est tenté de dire que les syndicalistes défendent d’autres intérêts inavoués autres ceux des travailleurs.  Ils sont prêts à empêcher la réalisation d’un outil de développement. Mais heureusement que le peuple n’est pas dupe et comprend les réels intentions de ces centrales syndicales. Le comité de pilotage a joué sa partition et est toujours disponible pour expliquer les tenants et aboutissants de ce projet.   Il revient désormais aux centrales syndicales de prouver qu’ils défendent l’intérêt des travailleurs en ayant une ouverture d’esprit qui leur permettra de comprendre le Ravip. C’est le développement du Bénin qui est en jeu.

 Armel Nelson Avadémey