Spread the love
Lionel Agbo victime d'une agression
Lionel Agbo

Le parti Congrès africain des démocrates (Cad), a organisé le samedi 29 août 2015, son 3ème congrès statutaire. Cet événement a connu une forte présence des membres adhérents du parti, des têtes couronnées, de personnalités politiques. C’était á la salle des fêtes Les Hortensias à Cotonou.

Créé en 1997, le Congrès africain des démocrates (Cad) avait organisé son 2ème congrès depuis 2009. Présidé par Lionel Agbo , le parti s’est réuni une 3ème fois, le samedi 29 août 2015, pour son congrès statutaire. C’est l’occasion choisie par son président pour faire le bilan des actions entreprises par le parti et proposer des perspectives d’avenir. Dans son bilan, l’homme a fait remarquer que la grande action menée par le Cad est sa prompte participation à la réélection de Yayi Boni en 2011. Mais, á travers ses propos, cette participation n’a pas trop avantagé le parti. Car, selon lui, il est victime de tribulations, de poursuites judiciaires arbitraires, de tentatives d’assassinat et, ceci, pour avoir dénoncé la corruption au sommet de l’Etat. Lionel Agbo a fait savoir aux congressistes qu’un regain d’espoir l’anime ces temps de la vie politique béninoise qui courent. Et pour cause. Les dernières électives législatives ont porté Adrien Houngbédji au perchoir de l’Assemblée nationale et le poste de premier ministre est occupé par Lionel Zinsou. C’est pourquoi, il les invite à une gouvernance participative. Par ailleurs, le président du Cad a fait un état des lieux inquiétant des institutions telles que la justice, la cour constitutionnelle, la cour suprême, la Haac, la haute cour de justice. Pour Lionel Agbo, ces institutions ont perdu leur autonomie et loin d’être d’institutions fortes, végètent dans le déséquilibre ambiant. Et pour cause! Lionel Agbo fait savoir qu’on voit toujours la main du chef quant á la nomination ou le choix des personnalités appelées á diriger lesdites institutions. Sur ce, après avoir fait l’autopsie du système judiciaire, le président du Cad opte pour une justice plus indépendante qui peut accomplir sa mission régalienne sans accroc « afin que l’impunité ne devienne une règle générale et ne banalise les faits de corruption avérée». Pour la Haute cour de justice, lui redorer son blason, constituera á lui« conférer la prérogative d’auto-saisine pour éviter de laisser aux députés seuls, le soin et la volonté… de manipuler les demandes de levée d’immunité »,a proposé Me Lionel Agbo.Bref, il pense qu’il faut d’institutions fortes et non d’hommes forts pour notre pays. Pour concrétiser toutes ces réformes, il adhère à une révision profonde de la constitution par le nouveau président qui accèdera à la magistrature suprême. C’est aussi dans cet esprit que le Cad propose un mandat unique de sept ans. Lionel Agbo n’a pas occulté la question de la présidentielle. 2016, étant une année de rupture, selon lui, il lance un appel vibrant à tous les acteurs politiques pour un regroupement des forces politiques qui portera son choix sur le prochain chef d’Etat. Dans tous les cas, le président de la Cad a fait savoir que le Congrès africain des démocrates (Cad), ne restera pas indifférent à cette joute électorale qui s’annonce. C’est donc un nouveau départ du Cad sur l’échiquier national béninois, dira-t-on certainement!

 Cyrille Tossou