Spread the love
maires-de-parakou-et-de-tchaourou
Les nouveaux maire de Parakou (à gauche) et de Tchaourou

(Bio Sounon Bouko reconduit à Tchaourou)

 Le maire de la municipalité de Parakou est connu depuis hier. Il répond au nom de Karimou Adamou Souradjou et a bénéficié de la confiance des 25 conseillers municipaux qui lui ont tous accordé leurs voix lors du vote. Un véritable plébiscite lorsqu’on sait que, malgré qu’il soit candidat unique de la liste majoritaire, ce n’était pas évident de recueillir la majorité des voix, compte tenu des forces en présence.

L’élection du maire de Parakou s’est déroulée, pour une fois, sans anicroche. L’installation a été présidée par l’autorité de tutelle, Salamatou Kora Ponou. Après la lecture des textes législatifs, le vote s’est déroulé sans le public mais en présence des hommes des médias qui ont dû batailler avant de se faire accepter dans la salle. Le schéma mis en place par les cauris a bien fonctionné. Il s’agit de la discipline et de l’union pour le choix de l’unique candidat. Ceci, grâce au leadership du ministre Aboubacar Yaya, facilitateur du groupe. Ainsi, pour le choix du maire, Karimou Adamou Souradjou a été plébiscité par les 25 élus qui composent le conseil municipal de Parakou. La suite a été comme une lettre à la poste. Les cauris ont raflé tous les sièges, soit les 03 adjoints et les 03 postes de chefs d’arrondissements. Le hic est survenu lors du choix du 2ème adjoint. Dame Mêmounatou Baboni Sinimbou a perdu ce poste qui lui aurait été attribué lors des assises de la veille. Selon nos sources, cette dernière aurait été soupçonnée de trahison. On lui reprocherait de s’être approchée des conseillers de l’alliance soleil pour se faire élire maire. Elle a été éjectée du schéma et c’est dans la salle qu’elle découvre la surprise. A la fin, le nouveau maire s’est engagé à travailler pour le développement de la ville de Parakou avec le concours des uns et des autres. Il promet mieux dévoiler son projet de société lors de la passation de service qui pourrait intervenir le 10 août prochain. Dans la Commune de Tchaourou, la guéguerre des cauris n’a pas empêché l’installation du conseil. L’ancien maire Bio Sounon Bouko, soutenu par le député Chabi Sika, a été réélu.

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)

 Encore plusieurs reports dans l’Atacora-Donga

 L’élection des maires et des adjoints de plusieurs Communes des départements de l’Atacora et de la Donga connaît des difficultés. Hormis la Commune de Tanguiéta, tous les conseils communaux programmés pour être installés ce mercredi 29 juillet ont été reportés à demain en violation de l’esprit du code électoral en République du Bénin.

Les localités de Bassila, Kérou, Pehunco, Cobly et Natitingou ne connaissent toujours pas les nouveaux dirigeants qui prendront désormais les destinées de leurs communes. Le mercredi 29 juillet, date butoir accordée à l’autorité préfectorale pour procéder à l’installation des Conseils communaux de la 3ème mandature, a été encore un fiasco pour les populations désireuses de connaître les nouveaux maires et les adjoints de leurs localités. L’installation des conseils communaux de ces communes a été, une fois encore, reportée par l’autorité préfectorale des départements de l’Atacora et de la Donga, Gervais N’da-Sékou, qui joue trop au militant Forces cauris pour un Bénin émergent. Dans la plupart de ces localités, l’élection du maire n’est pas favorable au camp Fcbe qui continue encore de faire des négociations avec les alliances politiques adverses. Mais, selon l’article 403 du Code électoral en vigueur, en tout état de cause, lorsque le Conseil communal ou municipal n’est pas installé dans les quinze jours qui suivent la proclamation des résultats, sur saisine d’au moins deux conseillers élus, la Cour suprême se saisit du dossier et procède à l’installation du maire dans les 15 jours de sa saisine. Rien, en principe, ne devrait motiver les reports successifs enregistrés dans les départements de l’Atacora et de la Donga. L’autorité préfectorale pouvait anticiper l’installation des conseils communaux et éviter les vives protestations observées à Bassila, Kérou et Natitingou où les populations contestent les résultats proclamés par la Céna. Hier à Bassila, la mairie était encore préoccupée par la situation relative aux militants Abt qui ont barricadé et incendié des pneus sur la Rnie N° 3. Retenons qu’à Tanguiéta, c’est l’élu Fcbe Paul Sagui, ancien Chef de l’arrondissement central, qui a en main, les destinées de la commune durant cette 3ème mandature qui démarre sur fond de tension. Le poste de premier adjoint au maire revient à Paul Souin, lui aussi élu Fcbe. Hilaire Yoro de la même formation politique occupe le poste de deuxième adjoint au maire de la Commune de Tanguiéta.

 Hervé M. Yotto (Br Atacora-Donga)

 Ouinhi, Dassa, Savalou et Savè ont de nouveaux maires

L’exécutif des Communes de Ouinhi, de Dassa Zoumè et de Savalou changent de main. Officiellement installés dans leur nouvelle fonction, les conseillers de ces Communes ont accordé leur suffrage à de nouvelles têtes pour conduire les destinées de leur ville. A l’issue du scrutin qui s’est déroulé mercredi 29 juillet 2015, les Conseillers communaux ont élu à la tête de Ouinhi et pour un mandat de 5 ans, François Tognon, candidat de l’alliance Rb-Rp. A Dassa-Zoumè, Nicaise Kotchami Fagnon de l’alliance Uffed Bénin nouveau a été plébiscité à la tête de l’hôtel de ville avec 19 voix sur 19. Bonaventure Afflé a perdu son fauteuil à Savalou au profit de Prosper Iroukoura des Fcbe. Par contre à Zakpota, 18 conseillers sur les 19 ont renouvelé leur confiance à Antoine Affokpofi de la Rb-Rp. Pareil à Zagnanado où Symphorien Misségbétché a réussi à conserver son fauteuil de maire. A Savè, c’est Timothée Biaou de Cap Suru qui a été élu. Ce jeudi, les Communes de Zogbodomey et Abomey vont connaître leur maire.

 Zéphirin Toasségnitché (Br Zou-Collines)