Spread the love

marcellin_ahonoukouLe feuilleton « faux médicaments » dans lequel le député Mohamed Atao Hinnouho est l’acteur principal continue de susciter des spéculations. C’est Marcellin Ahonoukoun, député de la 7ème législature et membre du Bloc de la majorité parlementaire,  qui s’est cette fois, prononcé sur ce sujet brûlant de l’actualité lors de son passage sur l’émission « Zone franche » de Canal 3 Bénin le dimanche 6 mai 2018.

« Dans la logique des faits, juridiquement, Mohamed Atao doit subir la rigueur de la loi. Il est poursuivi pour un cas de flagrant délit et non pour des délits relatifs à l’exercice de la fonction de député ». C’est en ces termes que le député membre du Bloc de la majorité parlementaire, Marcellin Ahonoukoun a justifié les poursuites judiciaires lancées contre son collègue Mohamed Atao Hinnouho. De l’avis de Marcellin Ahonoukoun, il n’est pas permis au député de commettre des actes délictueux sans être interpellé. « L’immunité parlementaire a des limites », a-t-il déclaré avant d’inviter  Mouhamed Atao Hinnouho à accepter d’être jugé. Selon l’invité de Zone franche de Canal 3 Bénin, ce n’est pas parce qu’il appartient à la classe de l’opposition qu’il est victime de la loi. « Que le député fautif soit du Bloc de la majorité ou de la minorité, il sera jugé », a-t-il laissé entendre. Faut-il le rappeler, impliqué dans une nébuleuse affaire de vente de médicaments illicites, il a été décerné contre lui, un mandat d’arrêt par le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Le député de la 15ème circonscription électorale en fuite depuis le vendredi 08 décembre 2017 s’est présenté lui-même à la justice le vendredi 27 avril 2018. Présenté au juge des libertés, ce dernier a pris une ordonnance pour le rendre libre de ses mouvements. Mais sous le coup de plusieurs chefs d’accusation, le Procureur de la République a décidé de décerner contre lui un mandat de dépôt. Une décision qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Aux  dires du député de la 7ème législature, il faut que les rumeurs prennent fin pour permettre à la justice de faire librement son travail. « Si Atao est coupable, il sera jugé. Dans le cas contraire, il sera relaxé», a-t-il martelé. A l’instar du député Mohamed Atao Hinnouho, d’autres députés sont aussi sous la menace de la levée de l’immunité parlementaire. Il a pour finir, souhaité que la procédure arrive à terme dans les plus brefs délais afin que les députés qui devront être écoutés dans les dossiers scandaleux puissent être entendus par les juges.

 

Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)