Spread the love

charlemagne honfoLa Commune de Sèmè-Podji est résolument engagée à devenir la ville phare du Bénin dans les prochaines années. L’ambition est légitime, et le maire Charlemagne Honfo se donne les moyens pour y parvenir. C’est ce qui explique le lancement, mercredi 09 mai 2018, des opérations de recasement de la tranche B du village de Kpoguidi-Owodé et de la tranche C du village de Djèrègbé. Occasion pour l’édile de mettre en garde la mafia foncière.

Le lotissement est le soubassement du développement. Les autorités de la ville de Sèmè-Podji en sont conscientes. C’est d’ailleurs pourquoi le Numéro 1 de cette commune a posé l’acte tant souhaité par les populations des villages de Kpoguidi-Owodé et de Djèrègbé, conformément à la décision du conseil communal en sa première session ordinaire de l’année. Mercredi dernier, c’est une foule de jeunes, femmes, personnes du troisième âge à être les témoins de cet événement. A Kpoguidi-Owodé, c’est 156 hectares qui sont concernés par le recasement de la tranche A. Les différentes étapes ont été respectées, a rassuré le représentant du cabinet Basile Adéyè en charge des travaux. Le coefficient retenu est 38%. Des espaces devront être réservés à plusieurs infrastructures sociocommunautaires dont un terrain de sport. Idem à Djèrègbé où la tranche C prend en compte 230 hectares. 2056 parcelles sont concernées. Face à l’autorité, le représentant du cabinet Projection sarl, Nazaire Hounkpèvi a pris l’engagement de faire le travail convenablement. Le chef de l’Arrondissement de Djèrègbé, Omer Avala qui, à l’occasion, a aussi représenté son collègue de Tohouè empêché, a exprimé ses remerciements au maire Charlemagne Honfo dont la détermination à offrir de meilleures conditions de vie aux populations est sans faille. Il n’a pas manqué d’exhorter tous les propriétaires terriens et acquéreurs de parcelles à remplir les formalités en vue d’un aboutissement heureux de ces opérations de recasement. Dans un franc-parler qu’on lui connaît, l’autorité communale a saisi l’occasion pour mettre en garde les esprits malveillants pour qui ces opérations de recasement sont une occasion de mettre en branle leur machine de fraude. «Aucun membre du comité ne peut prétendre être propriétaire de parcelle s’il ne l’a préalablement acquise. Moi, je n’ai pas de parcelle ici. Si vous voyez mon nom sur une parcelle, c’est du vol », a-t-il déclaré aux populations pour les inviter à la vigilance et à dénoncer, au besoin, les auteurs de la supercherie. Pour conclure, il a invité les représentants des cabinets  »Projection Sarl » et  »Adéyè » à prendre l’engagement de faire un lotissement à visage humain avec la participation de toute la population.

 

Joël Samson Bossou