Spread the love

ehoumiL’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (Odem) a pris deux décisions à l’encontre de deux organes de presse qui ont violé le Code de déontologie de la profession. C’était hier, mercredi 22 août 2018, suite à un point de presse au siège de l’Institution à Cotonou.

Les quotidiens « Matin libre » et « Le nouvel observateur » sont condamnés pour non-respect du Code de déontologie de la presse béninoise. En effet, le journal « Matin libre » a été condamné pour violation des articles 2, 6 et 20 du Code de déontologie. Cela, suite à une plainte pour diffamation de Cosme Goudété, expert-comptable. Selon Guy-Constant Ehoumi, président de l’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (Odem), l’organe de presse n’a pas daigné confronter les informations reçues. « L’Observatoire condamne le journal « Matin libre » et son Directeur de publication pour diffamation et jugement de valeurs », a-t-il déclaré. En ce qui concerne le quotidien « Le nouvel observateur », l’Odem s’est autosaisie de l’article qui a annoncé « la mort » de la Chancelière Koubourath Osséni dans la parution n°521 du mardi 12 juin 2018. Mais s’étant rendu compte de son erreur le lendemain, le journal a publié un Erratum à la Une. L’Odem a mis en garde le Journal « Le nouvel observateur », son Directeur de publication ainsi que ses journalistes pour non-respect de l’article 2 du Code de déontologie relatif à l’exactitude et la véracité de l’information avant publication. A entendre Guy-Constant Ehoumi, les deux journaux condamnés ont l’obligation de publier ces décisions dans leurs parutions conformément à l’article 31 alinéa 1 du Code. Pour finir, il a invité les professionnels des médias à s’approprier du Code de déontologie afin d’éviter les dérapages qui jettent de discrédits sur la profession.

 Donald Kévin Gayet

(Stag)