Spread the love

La phase des interrogatoires et de la lecture des différentes pièces au procès du juge Sévérin Coovi, assassiné en novembre 2005 à Parakou, est achevée le mercredi 22 juillet 2015. L’étape du réquisitoire et des plaidoiries démarre ce jour et s’annonce très palpitante. Pour un procès d’assassinat, c’en est un pour le 15ème et dernier dossier inscrit au rôle des assises 2015 de la Cour d’appel de Parakou. Chaque partie, ministère public, partie civile, défense et la Cour dirigée de main de maître par le magistrat Ignace Edouard Gangny, aura usé de toute la finesse possible pendant quatre jours pour que jaillisse la vérité. La journée du mercredi 22 juillet a été entièrement consacrée à la lecture des pièces de Pv d’audition de témoins, d’enquête de moralité, de rapport d’expertise psychiatrique. La lecture du rapport d’autopsie réalisée montre clairement que le défunt a été torturé avant de mourir par asphyxie lorsque les assassins ont tenté d’incendier son véhicule dans lequel son corps, sauvagement martyrisé, a été laissé. Dans l’ensemble, si les prévenus Raïmi Moussé et Ramane Amadou bénéficient d’avis favorables après lecture des pièces, ce n’est pas le cas de l’accusé principal, Clément Adétona, repris de justice et corvéable au domicile du défunt comme cuisinier. La Cour a, une fois encore, soumis à confrontation Raïmi Moussé et Clément Adétona. Mais, hélas ! Rien n’a pu être tiré de concret dans les propos de Adétona qui continue dans sa dénégation. Le procès sera suspendu pour reprendre ce jour avec le réquisitoire du ministère public représenté par l’avocat général Delphin Tchibozo qu’assiste le juge Bachirou Assouma Amadou. Ensuite, Me Hugues Pognon fera sa plaidoirie pour le compte de la partie civile. La qualité de la plaidoirie du collège d’avocats de la défense est très attendue. Maîtres Cécil Igor Sacramento et Rafiou Paraïso assurent la défense de Raïmi Moussé. Les plaidoiries de Me Laurent Mafon qui défend Ramane Amadou et de Me Sylvestre Agbo, avocat de Clément Adétona, sont très attendues par la Cour qui appréciera avant de statuer pour le verdict final.

C.D. (Br Borgou-Alibori)