Spread the love
representant-cc
Joseph Djogbénou, Moustapha Razaki, Amouda Issifou et Rigobert Azon attendent leurs collègues qui seront nommés par le chef de l’Etat

Le Bureau de l’Assemblée nationale, 7ème législature, a procédé hier lundi 14 mai 2018 à la désignation des quatre membres devant siéger au sein de la 6ème mandature de la Cour constitutionnelle. Il s’agit de Joseph Djogbénou, Amouda Issifou Razacki, Fassassi Moustapha et Rigobert Azon. Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la législation, Joseph Djogbénou, siègera au titre de juriste de Haut niveau et praticien de droit. L’ancien député et ancien président de la commission des lois, Amouda Issifou Razacky, siègera au titre de magistrat au même titre que Fassassi Moustapha. L’ancien Directeur général de l’Organisation commune Bénin Niger (Ocbn), Rigobert Azon, siègera au titre de personnalité de grande réputation professionnelle. En effet, la Cour constitutionnelle est composée de 7 membres. Trois sont des magistrats ayant une expérience d’au moins quinze années dont deux sont nommés par le bureau de l’Assemblée nationale et un par le président de la République. Deux juristes de haut niveau, professeurs ou praticiens du droit, ayant une expérience de quinze années au moins sont nommés l’un par le Bureau de l’Assemblée nationale et l’autre par le président de la République. Deux personnalités de grande réputation professionnelle sont nommées l’une par le bureau de l’Assemblée nationale et l’autre par le président de la République. Le 10 juin 2018, la Cour constitutionnelle présidée par Théodore Holo passera le témoin à son successeur. Professeur agrégé de Droit public et de science politique et Juge constitutionnel depuis 5 ans, Théodore Holo a succédé à Robert Dossou.  L’Institution que dirigera le prochain président  aura pour mission de juger de la constitutionnalité de la loi et de garantir les droits fondamentaux de la personne humaine et des libertés publiques. Elle est l’organe régulateur du fonctionnement des institutions et de l’activité des pouvoirs publics.

 Martin Aïhonnou

(Coll)