Spread the love
clotaire-o
Clotaire Olihidé a prodigué des conseils aux « Sages »

Le coordonnateur de la dynamique « Ensemble osons l’avenir », Clotaire Olihidé, a donné son appréciation sur la composition de la 6ème mandature de la Cour constitutionnelle et les attentes du peuple en ce qui concerne les décisions qui seront rendues. Il était l’invité de l’émission « Ma part de vérité » du dimanche 10 juin 2018.

Les membres de la 6ème mandature de la Cour constitutionnelle doivent faire preuve de neutralité. C’est l’invite de Clotaire Olihidé au bureau dirigé par Joseph Djogbénou. Selon le coordonnateur de la dynamique « Ensemble osons l’avenir », les conseillers de la Cour communément appelés « Sages » sont des personnalités qui ont un parcours professionnel. Selon lui, ils ont tous occupé des fonctions importantes qui ont motivé l’Assemblée nationale et le Chef de l’Etat à les envoyer siéger à la haute Institution juridique du pays. Il n’y a pas de crainte à avoir, a-t-il indiqué, en ce qui concerne l’exercice de leur fonction, puisque ce sont des personnalités qui ont plusieurs années d’expérience. « L’élection de Joseph Djogbénou, à la tête de cette Institution, est un mérite et une marque de confiance pour la jeunesse béninoise, encore que son parcours plaide pour lui », a fait savoir l’invité de Charbel Aïhou. Il a renchéri en précisant que le président Joseph Djogbénou, de la société civile à la Cour constitutionnelle, a toujours été constant dans ses luttes. A l’en croire, ce qui fait polémique sur sa neutralité dénote de ce que ceux qui l’ont vu dans la peau d’acteur de la société civile ont du mal à apprécier l’homme politique qu’il est devenu. C’est pourquoi, il a tenu à préciser que les décisions de la Cour ne sont pas l’œuvre du président uniquement, mais de tous les sept Sages. Clotaire Olihidé estime qu’il est trop tôt pour juger les membres de la présente mandature de la Cour. Pour ce faire, il a demandé au peuple de ne pas leurs mettre la pression, mais d’apprécier, au cas par cas, les décisions qu’ils vont prendre. « Mon souhait, c’est que la population leur accorde la présomption de bonne foi », a-t-il déclaré. Toutefois, il a invité les sept personnalités à jouer un rôle de neutralité dans la prise de leur décision, car cela y va de la crédibilité de l’Institution et du bilan de leur mandat.

 Donald Kévin Gayet

(Stag)