Spread the love
ange-nkoueLes espaces verts de la place Goho d’Abomey ont  été choisis par le ministre du tourisme et de la culture, Ange N’Koué, pour procéder au lancement des Festivals départementaux des arts et de la culture (Fesdac) au plan national. C’était le samedi 10 décembre dernier devant un parterre d’artistes, de promoteurs culturels venus du Zou et des Collines.  
«Les Fesdac sont des occasions  pour  faire l’inventaire des valeurs culturelles, promouvoir la création artistique et musicale nationale, et diffuser la culture béninoise, tant au plan national qu’international, à travers les performances de ses ambassadeurs », a déclaré le ministre Ange N’Koué. Les Fesdac, a indiqué le ministre,  s’inscrivent dans le cadre de l’application de la charte culturelle du Bénin promulguée le 25 février 1991.  Elle  tient compte de l’épanouissement des libertés fondamentales, la multiplicité des courants de pensée et de toutes les exigences d’une démocratie pluraliste. Les dispositions de la charte culturelle du Bénin, a souligné Ange N’koué, prescrivent entre autres que l’animation culturelle soit faite par l’organisation de spectacles de tous genres, de foires, de festivals nationaux et régionaux, de carnavals, de semaines ou journées culturelles dans les villages, quartiers de villes, établissements scolaires ou universitaires.  A l’en croire, les initiatives des artistes et acteurs dans l’organisation de ces festivals seront fortement prises en compte dans les réformes et inscrites dans le plan d’actions du gouvernement. Léon Zoha, Directeur des arts et des livres et directeur départemental du tourisme et de la culture du Zou et des Collines, a pour sa part levé un coin de voile sur les critères d’évaluation. D’après ses explications, les critères d’évaluation des arts de scène portent sur la tenue sur scène, l’occupation du plateau, le chant, le cœur, le costume, le thème, le message, la diction, l’orchestration.  «Les œuvres des artistes plasticiens seront appréciées par le jury  sur la base de leur originalité, le mode d’expression, la visibilité, la pertinence du message, la présentation, l’encadrement et l’esthétique », a-t-il précisé. Au terme de plusieurs heures de compétition, le jury, présidé par Happy Goudou, a remarqué que les artistes béninois font d’efforts, mais doivent être formés parce qu’ils leur manque certaines précisions. Par contre,  la musique moderne en compétition au cours de ce Fesdac à Abomey n’a pas satisfait le jury. Le président a demandé à ces artistes de se rapprocher de leurs aînés pour avoir la main.  Les meilleurs  qui ont été dégagés vont prendre part au  Festival national des arts et de la culture (Fesnac) pour se mesurer aux autres.
 Zéphirin Toasségnitché
(Br Zou-Collines)