Spread the love

vote-deputesLes députés de la 7ème législature ont reçu, lundi 7 janvier 2019, à l’hémicycle, les vœux de leur président, Adrien Houngbédji. Cette ultime cérémonie de vœu a été un moment d’émotions. Au cours de la cérémonie, le président de l’Assemblée nationale a félicité ses collègues, pour leur accompagnement et leur disponibilité à donner au gouvernement, les moyens de son action par le vote de certaines lois. Il en a profité pour faire un bref bilan de son mandat. « La présente législature a montré sa disponibilité à accompagner les initiatives du gouvernement et à doter notre pays d’un arsenal juridique aussi important que varié, avec un impact certain dans les domaines sociaux, économiques et politiques. Nous avons œuvré dans une grande mesure pour le bien-être des populations et notre bilan en est, en toute légitimité, une parfaite illustration », a-t-il dit. Le premier vice-président de l’Institution, Eric Houndété, pense de son côté que tout n’est pas rose. « Au cours de la septième législature, plusieurs lois d’importance à caractère socio politique et économique ont été votées. Au total, cent quarante et un (141) textes de lois votés sont à mettre à notre actif, des lois dont la plupart touchent les secteurs essentiels de la vie de notre nation ou permettent au gouvernement de disposer de ressources nécessaires à la promotion et à la relance de l’économie nationale…Nous avons une ambition certaine, celle de construire un véritable état de droit et de contribuer au bien-être de nos populations.  Et cette ambition se concrétise de plus en plus chaque jour à travers nos actions ici à l’Assemblée nationale», a-t-il explique. Cependant, il avoue que le contrôle de l’action gouvernement reste le maillon faible, au cours de la 7è législature. La cérémonie de présentation de vœux a pris fin sur une note d’exhortation du président Adrien Houngbédji : « Que les actes que nous poserons au cours de cette nouvelle année contribuent effectivement au rayonnement de notre Parlement et au renforcement de notre démocratie ».

 MA