Spread the love
defilé mode
Des mannequins en plein défilé au Fesmma

La 8ème édition du Festival de la mode et du mannequinat africain (Fesmma) s’est déroulée du 27 au 29 juillet dernier à Bénin Marina Hôtel avec la participation d’une vingtaine de pays venus célébrer la mode dans son entièreté. Le Bénin s’y est distingué et a remporté le prix du Top model féminin.

Dans la catégorie des femmes, c’est la béninoise Eudoxie Faton qui a été reconnue Top model du Fesmma. Elle a reçu son trophée au cours de la soirée de gala qui a clôturé la 8ème édition du Fesmma samedi 29 juillet dernier dans la salle Vivo de Bénin Marina Hôtel. Quant au prix de Top model dans la catégorie des hommes, il est revenu au Camerounais Freddy Mayongo. Son compatriote Yves Tchinda a reçu le trophée du Meilleur jeune créateur africain. Trois prix nominatifs ont été également décernés au terme du Fesmma 2016. Il s’agit du Prix de l’Espoir, du Prix du Mérite et du Prix de l’Excellence. « Outre ces trophées, la 8ème édition a connu une nouvelle distinction, celle du Meilleur coiffeur artistique africain », fait savoir le promoteur du Fesmma, John Médard Sèdokou, chorégraphe de mode et directeur de John Médard Agency international (Jmai). Parmi les compétiteurs de cette 8ème édition, on compte des créateurs et mannequins venus du Togo, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Cameroun, du Gabon, du Nigéria, du Tchad, du Niger, du Sénégal… Au total, 16 créateurs internationaux venus de 16 pays et 4 créateurs locaux. Aux dires du promoteur du Fesmma, John Médard Sèdokou, la 8ème édition s’est déroulée sans anicroche et a été une réussite. « L’édition a commencé le 27 juillet avec une exposition-vente. Ce jour, il y a eu le Before, un instant de brassage entre participants. Le 28 juillet, la compétition proprement dite a démarré avec les concours de Meilleur jeune créateur et de Top model africain masculin et féminin. Puis, le samedi 29 juillet, il y a eu la grande soirée de gala au cours de laquelle les trophées ont été décernés aux lauréats », relate John Médard Sèdokou.

Anselme Pascal Aguéhoundé