Spread the love

Louis VlavonouPour les quatre prochaines années, ce sera l’inspecteur des Douanes à la retraite, Louis Vlavonou, membre fondateur de l’Union progressiste, qui présidera aux destinées du Parlement béninois. Il sera assisté dans cette tâche par Mariama Chabi Talata et le général Robert Gbian. Ainsi, en ont décidé les députés de la 8ème législature, vendredi 17 mai 2019, à l’issue de plusieurs scrutins.

Contrairement aux législatures précédentes, la 8ème a été inédite. Et pour cause, les différents candidats aux postes de président, Premier vice-président, Deuxième vice-président, premier et deuxième questeurs ainsi que le premier et le deuxième secrétaires parlementaires n’ont connu aucun challenger. Ils sont tous seuls en lice pour le scrutin secret. Ainsi Louis Vlavonou est élu Président de l’institution parlementaire pour le compte de la huitième législature après avoir obtenu 78 voix Pour 1 Contre, 1 Nul et 3 Abstentions. Originaire de Kokoumonlou dans la Commune d’Ifangni dans le département du Plateau, Louis Vlavonou, douanier  retraité accède pour la première fois au Parlement en 2003 pour le compte de la quatrième législature sous la bannière du parti Madep du président Séfou Fagbohoun. Malheureusement, il cède sa place à son suppléant, Boniface Ahouansou. Il revient en 2007, cinquième législature et décide de rester. En 2011, l’élu de la 21ème circonscription électorale est réélu député sous le manteau de l’alliance Union fait la Nation. Fin 2018, il est membre  fondateur du parti Union progressiste et retrouve le chemin de l’Hémicycle pour le compte de cette 8ème législature. Son élection au perchoir de l’Assemblée nationale est donc la prime  à l’expérience. Il est l’initiateur de plusieurs propositions de lois au cours de la dernière législature. On peut citer notamment la proposition de loi portant retrait du droit  de grève aux agents de la Santé, la proposition de loi sur l’embauche en république du Bénin et la  loi portant Charte des partis politiques actuellement en vigueur. Le successeur de Me Adrien Houngbédji est un  fervent chrétien catholique et membre du mouvement des cadres et personnalités catholiques du Bénin.

Martial Agoli-Agbo

(Corresp Ouémé)

L’hommage à Adrien Houngbédji

Une fois au perchoir pour goutter aux tous premiers délices de la fonction de président de l’institution parlementaire, Louis Vlavonou  n’est pas allé par quatre chemins pour vanter les  mérites  du président sortant, Me Adrien Houngbédji. ‘’Aujourd’hui, une page est tournée et je tiens à saluer le travail de qualité accompli par le président Me Adrien Houngbédji au cours de la législature qui s’achève. Son investissement et son dévouement pour le rayonnement de notre institution parlementaire mérite et force notre considération et notre respect’’. L’expérimenté Louis Vlavonou connait bien la maison et sait comment le président de la législature qui s’achève, Me Adrien Houngbédji s’est engagé à accompagner les réformes initiées par le chef de l’Etat, et le Pag.

Martial Agoli-Agbo

Réactions des membres du bureau

Louis Vlavonou, président de l’Assemblée nationale : « Redonner confiance aux Béninois à travers un Parlement qui respecte son Règlement intérieur »

«…Mes impressions sont celles que j’ai déjà exprimées lorsque je livrais mes mots de remerciements. Je veux dire que le Bénin est un pays qui n’a pas besoin d’un Parlement avec fracture au niveau de la population. Nous sommes entrés en fonction dans un contexte tout particulier, et je voudrais remercier la population de Porto-Novo qui nous a permis de tout faire dans la sérénité. La ville est calme depuis. Le pays est calme. A l’Assemblée nationale, tout s’est fait avec une cérémonie sobre et digne. Je pense que tout est à l’honneur du peuple béninois et mes sentiments sont des sentiments de joie et d’action de grâce au Seigneur. Tout à l’heure je disais que pour le moment, l’objectif est de redonner confiance au peuple béninois à travers un Parlement qui respecte son Règlement intérieur. Avec le règlement intérieur, tout y est. Il faut d’abord régler le problème du comportement même du député au niveau de l’hémicycle, les retards, l’absentéisme, un peu comme s’il faut révolutionner tout ce qui se fait. Cela permettra de redonner confiance au peuple à travers nos comportements. Et constitutionnellement, vous connaissez les deux axes de nos actions en tant que députés. Par rapport au vote, c’est de voter des lois de façon à ce que cela impacte véritablement et positivement nos populations et de recueillir leurs préoccupations autant que faire se peut avant de légiférer. Il faut qu’aujourd’hui, nous légiférons à partir des préoccupations de nos populations et non à partir de ce que nous aurions voulu. Il faudrait désormais les intéresser, il faudrait rénover aujourd’hui l’activité du député sur le chemin du village qui va recueillir d’abord les préoccupations, les analyser et au besoin corriger avant de faire le vote. Le deuxième challenge est le volet sur lequel on nous attend le plus. Je pense que c’est le contrôle de l’action gouvernementale. Et là, vous savez que les questions écrites, les questions orales, tout ne dépend pas non plus des ministres. Si nous révolutionnons notre comportement à l’Assemblée nationale, je pense que les membres du gouvernement seront à l’aise. Figurez-vous un membre du gouvernement qu’on convoque à dix heures, et il vient, et il est là, et c’est le soir à dix-neuf heures qu’on dit que cela ne tient plus de revenir encore le jeudi qui suit. C’est nous-mêmes qui martyrisons les membres du gouvernement. Nous voulons changer de comportement, de manière à ce que la complémentarité soit une réalité et que le membre du gouvernement qui vient pour s’expliquer, parce que d’abord c’est dans l’intérêt du peuple, qu’il ne ressente pas ça comme une torture morale. Qu’il ne voit pas le Parlement au-dessus de l’Exécutif. Désormais, nous voulons qu’il se sente chez lui et cela dépend de notre comportement. Lorsque nous programmons quelque chose, il faudrait réellement que lorsqu’il arrive, il se sente chez lui et qu’il explique effectivement ce pourquoi on l’a invité de manière à ce que le peuple ait désormais confiance en nos actions. Sur le volet du contrôle de l’action du gouvernement, nous avons beaucoup d’effort à faire, à commencer par le changement de comportement au niveau des députés eux-mêmes…».

Mariama Chabi Talata,1ère Vice-présidente de l’Assemblée nationale : « …Voter des lois qui vont réguler le vivre-ensemble au Bénin »

 «…Nous promettons de faire autrement que les autres avec l’accompagnement de tous les Béninois. Nos défis ont un rapport avec nos statuts. Nous sommes là pour voter des lois qui vont réguler le vivre-ensemble au Bénin. Nous sommes également là pour contrôler l’action du gouvernement. Seuls, nous ne pouvons pas relever ces défis. Nous avons besoin des journalistes et de l’ensemble des Béninois parce que nous les représentons. Nous serons toujours à côté d’eux pour recueillir leurs avis et savoir ce qui va dans le sens de leurs besoins. Nous ne pourrons rien faire sans les Béninois et nous promettons, avec leur accompagnement, de faire autrement que les autres. Vous savez les conditions dans lesquelles les élections ont eu lieu. Vous savez aussi que parmi les Béninois, il y en a qui doutent de nous. Nous avons alors plus de défis que les autres mandatures. Nous avons à faire nos preuves. Nous avons à montrer aux Béninois que la qualité d’un député n’a rien à voir avec les conditions de son élection ».

Robert Gbian, 2ème Vice-président : « Nous mettrons tout en œuvre pour représenter dignement les Béninois »

 «…Avant de répondre à votre question, permettez-moi d’abord de rendre grâce à Dieu qui nous a permis de procéder à l’installation de la 8ème législature et à l’élection du bureau de l’Assemblée nationale pour les 4 prochaines années sans aucun incident. Pour répondre à votre question, je dirai que c’est un sentiment de joie et d’engagement qui m’anime. C’est un sentiment de joie parce que ce n’était pas gagné d’avance et un sentiment de joie parce que nous sommes désormais appelés à accompagner le président de l’Assemblé nationale élu, Louis Vlavonou, avec abnégation pour plus de rayonnement de notre institution au plan national, régional et international. Ce qui s’est passé dans la soirée du vendredi 17 mai 2019 avec l’élection du bureau du Parlement, 8ème législature est l’expression même de la démocratie. Nous sommes membres du Bloc républicain et notre parti a obtenu 36 sièges à l’issue des élections législatives contrairement au parti Union progressiste qui s’en est sorti avec 47 sièges. La preuve qu’il n’y a jamais eu de match amical entre les deux partis politiques est que le président de l’Assemblée nationale élu est bien issu du parti majoritaire. Il nous faut désormais nous mettre à la tâche pour relever les défis qui se dressent devant nous pour le bien-être des populations béninoises que nous représentons ici à l’Assemblée nationale. Nous sommes conscients des réalités que vit le peuple béninois et nous mettrons tout en œuvre pour les représenter dignement à travers les lois que nous voterons, le contrôle de l’action gouvernementale et surtout la réédition des comptes, car il faut que les populations soient régulièrement informées de ce que nous faisons au Parlement… »

Délonix Kogblévi, 2ème Secrétaire parlementaire : « Améliorer le mieux-être des populations par rapport aux textes …»

« …Je voudrais sincèrement remercier Dieu le Tout-puissant et remercier les uns et les autres, tous ceux qui ont contribué à ce que je sois ici aujourd’hui. La tâche qui est devant nous, elle est immense et ensemble, nous devons nous y atteler pour améliorer le mieux-être des populations par rapport aux textes que nous aurons à prendre. Vous avez pu constater avec moi que tout s’est bien passé et tout sera ainsi. Le Bénin étonnera toujours…».

Les suffrages exprimés en détails

Louis Vlavonou est le président de la 8ème législature de l’Assemblée nationale. Proposé par son parti l’Union progressiste, il a été élu le vendredi 17 mai 2019 par 78  voix pour, 1 non, 1 nul et trois abstentions. Sa 1ère vice-présidente, Mariam Chabi Talata Zimé Yérima est élue par 71 voix pour, 8 non, 1 nul et 2 abstentions. Le  2ème Vice-président en la personne de Robert Gbian a été choisi par 81 oui et 2 non. Quant au 1er questeur, Boniface Yèhouétomey, il a été plébiscité par 79 oui, 3 non et 1abstention. André Okounlola Biaou, le 2ème questeur a été choisi par 78 oui, 4 non et 1abstention. Le 1er secrétaire parlementaire, Sofiath Schanou Arouna Modjisola et le 2ème, Délonix Kogblévi ont été élus respectivement par 83 oui et par 79 oui 3 non et 1 abstention.

Mohamed Yasser Amoussa

(Coll)

Le bureau tient sa première réunion

Les choses sont allées plus vite le vendredi 17 mai 2019. Entré dans ses prérogatives de président de la deuxième institution du Bénin, le nouveau président de l’Assemblée Nationale, Louis Vlavonou, a tenu une réunion avec les membres du bureau, dans la salle Saka Kina. Ladite réunion transformée en séance de travail a duré environ une heure d’horloge. Au cours des échanges avec les membres du nouveau bureau, le nouveau président de l’Assemblée nationale a rappelé aux membres du nouveau bureau, les défis qui les attendent. Avant de mettre fin aux échanges, il a notifié à ses pairs sa  décision de nomination du para-commando Charles Sounouvou  au poste de commandant militaire de l’institution.

MA