Spread the love
cccccAlors qu’André Okounlola et certains farouches députés Fcbe œuvrent pour faire aboutir le processus de révision de la Constitution, Azatassou et ses amis de la même alliance perturbent le sommeil d’anciens présidents pour exiger le retrait du projet de l’Assemblée. Un paradoxe !
Il serait injuste de reconnaître leurs bons actes ces derniers temps dans la république. Les membres du Front pour un sursaut patriotique ont découvert un amour spontané pour la Constitution. On ne leur en voudra pas pour autant car ils ne sont pas les seuls à aimer tout aussi tendrement et si fortement ce texte que beaucoup parmi eux ont voulu quand même déchirer par le passé. Eugène Azatassou et les siens ont droit de marcher sur des kilomètres et réclamer le retrait du projet de révision. C’est un droit absolu d’exprimer ce qu’on pense. Tout ceci est davantage inté-ressant et même hallucinant lorsqu’ils se décident de chercher le soutien d’anciens Présidents. C’est un bon confort psychologique et même un merveilleux soutien pour leur lutte. Cela ne sera pas vraiment un exploit si Eugène Azatassou et les siens allaient chercher le soutien de Boni Yayi, leur ami de tout le temps. Mais réussir à décrocher Nicéphore Soglo n’est pas une sinécure. C’est sans doute un soutien psychologique de taille dans leur combat démagogique pour le retrait du Projet de réformes constitutionnelles. Ce n’était vraiment pas gagné. Mais ce qui surprend dans la démarche des amis Fcbe brusquement convertis en défenseurs farouches du peuple, c’est justement l’instabilité en leur propre sein. Pendant que Azatassou, Léonce Houngbadji, Alassani Tigri et quelques Fcbe parcourent des kilomètres sous le soleil et perturbent le repos de Yayi Boni et de Nicéphore Soglo, leurs amis députés à l’Assemblée nationale font le tour des villages pour con-vaincre les populations sur le bien-fondé du projet de réformes constitutionnelles. André Okounlola et beaucoup d’autres députés Fcbe continuent de mouiller le maillot pour la cause. Il y a quelques jours, tous les députés Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) siégeant à la Com-mission des lois ont donné leur Ok au rapport. A quoi jouent Azatassou et Houngbadji quand on sait que le vote ne se fera pas dans la rue, mais à l’Assemblée nationale ? Est-ce qu’il n’est pas juste que ces deux hommes aillent convaincre leurs élus plutôt que de distraire l’opinion ? L’autre originalité avec ce groupe appelé Front pour un sursaut patriotique, c’est sa forme hétéroclite. Dans ce creuset, on retrouve d’anciens retraités qui veulent se refaire une petite santé politique mais aussi et surtout des gauchistes qui, au nom du peuple, ont accepté de s’allier aux amis de Yayi qu’ils ont toujours critiqués. Ceux-là même qu’ils ont appelé par un passé récent tortionnaires, briseurs de grève, révisionnistes opportunistes sont devenus par miracle leurs amis fidèles. Le rapprochement est indécent, mais c’est aussi cela le Bénin.
 Abdourhamane Touré