Spread the love
charles-toko
La vision de Charles Toko, c’est de transformer Parakou

Le Collège d’enseignement général (Ceg) de Nima à Parakou  bénéficie depuis samedi 8 octobre 2016, d’un module de 3 salles de classe. C’est le fruit d’un partenariat public-privé concrétisé par la société Oranto-Sarl. Le tout nouveau maire de Parakou, Charles Toko a procédé à l’inauguration du joyau et annoncé ses chantiers prioritaires.

Créé il y a seulement deux ans environ, le Collège d’enseignement général (Ceg) Nima dans la ville de Parakou, bénéficie désormais d’un bâtiment flambant neuf avec équipements. L’infrastructure mise en service samedi dernier est le témoignage d’une fructueuse coopération public-privé. C’est la Société anonyme à responsabilisé limitée Oranto Pétroleum qui a entièrement financé la réalisation de cet édifice qui force l’administration. L’événement inaugural dans la ville de Parakou a un double sens. A cette occasion, le maire Charles Toko avait à ses côtés, l’élu du peuple, Rachidi Gbadamassi. Mais c’est le ministre de l’Energie et des mines, Jean-Claude Houssou qui a présidé la cérémonie d’inauguration de ce module de salles de classe. Tous les intervenants ont salué  ce fait qui d’ailleurs a réuni parents d’élèves, élèves, enseignants et population de la cité des Kobourou. C’est l’occasion pour le nouveau locataire de l’hôtel de ville de lever un coin de voile sur sa vision de développement de Parakou dont il vient de prendre les rênes. Dans son intervention, Charles Toko rêve d’un Parakou beau, propre, rayonnant où il fera bon vivre pour chacun et pour tous. Ironie du sort, le bâtiment en cours de réception et d’inauguration est sans électricité et eau comme beaucoup d’autres édifices publics de la ville. Une situation pour laquelle le maire Charles Toko a sollicité le concours du ministre de l’Energie, de l’eau et des mines afin d’apporter une solution rapide à ces problèmes. Il a également plaidé pour la fourniture de l’énergie électrique et l’eau potable ainsi que leur extension dans les zones périphériques de Parakou pour le bonheur de ses administrés.

 Hervé Méré Yotto