Spread the love
talon-voeux
Patrice Talon a invité ses compatriotes à plus de rigueur et de sacrifices

Patrice Talon,  à chaque pas, raffermit sa stature d’homme d’Etat, tout en précisant son sens de l’action publique. La cérémonie de présentation de vœux aux institutions de la République, et au Corps diplomatique accrédité, mardi 16 janvier 2018 au palais de la Marina  a, ainsi, été l’occasion d’apprécier combien noble et grande, est l’ambition qu’il  porte pour son pays.

C’est dans la sobriété, mais une solennité dépourvue de fioritures, que les institutions constitutionnelles, le Corps diplomatique accrédité au Bénin et le Haut commandement militaire ont présenté, mardi 16 janvier 2018,  à la salle du peuple du palais de la Marina,  les vœux du nouvel an au chef de le l’Etat.   Il était à craindre, dans un contexte social vicié par les grèves discontinues, que cette cérémonie ne soit qu’une simple formalité. Mais, détendu, se mettant une fois de plus au-dessus de la mêlée, Patrice Talon, a, de nouveau, après son discours grave sur l’Etat de la Nation face aux députés,  posé un diagnostic serein et sans concession,  des maux qui minent notre société. Sans ambages, mais  au détour de quelques phrases fortes et mots bien choisis,  il a répondu  aux adeptes des solutions de facilité.  « La présente cérémonie se tient à un moment où une partie de notre élite intellectuelle, syndicale et politique s’interroge encore et de manière vive sur la pertinence des choix qui, quoique difficiles, concourent à la construction progressive et durable de notre cher pays », a-t-il déclaré.  Or, a-t-il reconnu à juste titre, «  Notre situation ne nous laisse aucun choix en ce moment où l’aide internationale se fait rare, où nos bras valides immigrent massivement vers l’Europe au péril de leurs vies, où nos pays d’Afrique sont traités avec mépris ». Chacun appréciera.  Par ailleurs,  chacun des acteurs sociopolitiques présents a ressenti la détermination, le sens de l’engagement et la détermination qui continuent de l’animer malgré les frondes. En homme d’Etat, il a, ainsi,   pris le temps de saluer chacun  de ses hôtes, échangeant des mots en aparté avec d’autres. D’autre part, rompant avec les attitudes anti-développement et contre-productives, le chef de l’Etat a fait respecter la ponctualité et  la concision.  Des valeurs qu’il essaie   d’ériger en normes de gouvernance depuis qu’il est à la tête du pays.

 « La démocratie, un  reflet des exigences sociales, des contraintes et charges partagées »

 Egalement, dans ses différents discours, il a reprécisé les objectifs qu’il s’est fixé: « sortir ses concitoyens de la pauvreté, offrir à chaque citoyen les moyens et opportunités d’un réel épanouissement et assurer la crédibilité de l’Etat ».  Comme on peut s’en douter, pour lui, cela passe par des réformes douloureuses,  mais nécessaires voire incontournables.  Car, il ne servirait à rien de continuer à  conduire la barque « Bénin », sans tenir  compte de l’enjeu que représente le « sous-développement ».  Il faut donc sortir de l’impasse des théories « farfelues », par trop simplistes qui n’aident pas à formuler  les réponses justes aux maux de ses  compatriotes.  « Nous devons considérer qu’à se contenter d’être une compilation de droits sans concession, aucune démocratie ne survit au temps », a-t-il répété. En effet, selon le président de la République, en  étant d’abord  au service des sociétés, la démocratie  doit être  « le reflet des exigences sociales, des contraintes convenues et des charges partagées ».  Ce qui appelle les uns et les autres à plus de rigueur, et un peu plus de sacrifices. Car, sans ce minimum de prise de conscience, on ne pourrait opérer les réformes utiles. C’est pour cela qu’il a proclamé que : «  la richesse des peuples n’est pas seulement constituée des ressources du sol ou du sous-sol.  Elle résulte surtout de la pertinente et rigoureuse organisation de l’Etat ».

 Diplomatie offensive au service d’un  développement  durable

 Il sait, par ailleurs, qu’un pays qui vit en autarcie ne peut s’en sortir face aux immenses défis que pose la mondialisation. Egalement, il a rappelé  la nouvelle  offensive de la  diplomatie béninoise pour assurer le rayonnement international du Bénin et la mobilisation des ressources nécessaires à son développement. « Un pays attrayant aux plans économique et touristique  est celui qui sait en effet se révéler au monde, qui sait promouvoir ses talents et ses potentialités. Un pays qui sait surtout garantir la paix, la stabilité et la sécurité pour lui-même et pour les étrangers qui y séjournent. Telles sont les conditions nécessaires qu’évaluent les investisseurs étrangers et locaux dont nous avons besoin pour réaliser nos grands projets », a reconnu le chef de l’Etat. Il s’est ensuite réjoui de « l’intérêt que l’ensemble du Corps diplomatique porte à la mise en œuvre des réformes structurelles en cours  pour un développement durable et inclusif ». Avant d’ajouter que  les avancées notables constatées en matière de réduction de l’insécurité, de fourniture de l’énergie électrique, de lutte contre la corruption et de renforcement des services sociaux, sont  des réformes nécessaires pour relancer durablement le développement.

 W.N

Réponse du président de la République aux vœux du Corps diplomatique

 – Madame la Doyenne du Corps diplomatique ;

– Mesdames et Messieurs les Chefs de mission diplomatique et consulaire ;

– Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales;

– Mesdames et Messieurs les Membres du gouvernement ;

– Mesdames et Messieurs ;

 C’est avec une attention particulière que je reçois les propos aimables et les bons vœux que vous venez de formuler, au nom de l’ensemble du Corps Diplomatique et des Organisations Internationales, à l’endroit de mon pays, mon Gouvernement, ma famille et moi-même.

J’ai écouté, avec grand intérêt, votre discours qui a touché aux préoccupations de l’action de mon Gouvernement aux plans intérieur et international. Je me réjouis de l’intérêt que l’ensemble du Corps diplomatique porte à la mise en oeuvre des réformes structurelles en cours dans mon pays pour un développement durable et inclusif. Je vous sais gré de votre bonne appréciation et de vos exhortations à cet égard.

Vous avez évoqué les avancées notables constatées en matière de réduction de l’insécurité, de fourniture de l’énergie électrique, de lutte contre la corruption et de renforcement des services sociaux. Ces réformes combinées étaient nécessaires pour relancer durablement le développement du Bénin. Le Programme d’actions du gouvernement « Bénin révélé », est un programme ambitieux qui exige de grands sacrifices de la part du Peuple Béninois et dont les résultats, j’en suis certain, permettront à notre pays de transformer son avenir.

Vous avez mis l’accent et je m’en réjouis, sur la suppression des visas au profit des ressortissants africains qui désirent effectuer un court séjour au Bénin. Vous avez bien raison de le souligner Madame la Doyenne, car il n’est guère possible de construire de fructueux échanges commerciaux entre les pays du Continent africain et ceux de notre sous-région en particulier, sans une libre circulation de nos populations. C’est la libre circulation des personnes qui garantit celle de leurs biens, surtout dans un environnement mondial où seuls les grands ensembles ont la chance de survivre.

Vous avez aussi relevé, à juste titre, les offensives de notre Diplomatie pour assurer le rayonnement international du Bénin et la mobilisation des ressources nécessaires à son développement. Un pays attrayant aux plans économique et touristique est celui qui sait en effet se révéler au monde, qui sait promouvoir ses talents et ses potentialités. Un pays qui sait surtout garantir la paix, la stabilité et la sécurité pour lui-même et pour les étrangers qui y séjournent. Telles sont les conditions nécessaires qu’évaluent les investisseurs étrangers et locaux dont nous avons besoin pour réaliser nos grands projets.

Toutes ces actions seront renforcées au cours de cette année 2018, année de l’approfondissement des réformes et du démarrage effectif des grands projets inscrits au Programme d’Actions du Gouvernement, dont la finalité est de donner au Bénin le visage d’un Etat résolument ancré dans la modernité.

 Je sais pouvoir compter sur vos Gouvernements respectifs et les Organisations Internationales que vous représentez au Bénin pour que, dans un élan de coopération fructueuse et mutuellement avantageuse, mettant en avant un partenariat public-privé renforcé, nos pays puissent relever ensemble les défis de l’atteinte des Objectifs de développement durable.

 Madame la Doyenne du Corps diplomatique,

Mesdames, Messieurs,

Comme vous le savez, la présente cérémonie solennelle nous donne chaque année l’occasion de faire un tour d’horizon de la situation internationale. A ce propos, je remercie la Doyenne du Corps Diplomatique pour son analyse fort pertinente.

Je tiens à vous exprimer, Madame, mes chaleureuses félicitations ainsi que celles de mon Gouvernement pour les initiatives et actions que vous menez, en votre qualité de Doyenne du Corps diplomatique.

Ainsi que vous l’avez si bien fait observer, le monde est confronté au terrorisme et à l’extrémisme violent. Dans de nombreuses régions en effet, la paix est gravement menacée. Les valeurs de liberté et de droits humains les plus élémentaires sont compromises.

A cet égard, je présente, au nom du Peuple Béninois, de son Gouvernement et en mon nom propre, mes condoléances et ma compassion à tous les pays frappés par le terrorisme ainsi qu’aux familles des victimes.

L’urgence d’éradiquer ce fléau requiert de nos pays qu’ils s’attaquent individuellement et collectivement au chômage et à la pauvreté, toutes choses qui poussent des milliers de jeunes à céder aux sirènes de l’endoctrinement et à ses desseins mortifères.

Le monde ne pourra venir à bout de ce péril que par la coopération et à travers des réponses multiformes. C’est pourquoi, je salue la Déclaration conjointe issue du Sommet Union africaine-Union européenne, tenu à Abidjan le 30 novembre 2017 ainsi que la création du G5 Sahel qui, nous l’espérons vivement, abordera la question sécuritaire de façon intégrée afin de garantir la durabilité des réponses au fléau.

Le phénomène migratoire aussi nous interpelle et relève de la même problématique : construire des sociétés inclusives offrant un niveau de vie décent à chaque citoyen afin qu’il ne soit plus poussé, de façon désespérée, à choisir de quitter son pays, et à tenter, au péril de sa vie, une aventure incertaine.

La préservation de l’environnement constitue également un défi que nos Etats doivent relever. Le Bénin, pour sa part, soutient toutes initiatives destinées à offrir aux générations futures un espace agréable de vie et des opportunités de développement. C’est pourquoi, mon pays a mis un accent particulier sur le volet environnement à travers tous les grands projets du Programme d’actions du gouvernement.

Aussi, soutenons-nous résolument le projet de Pacte mondial pour l’Environnement, une initiative française en lien avec l’Accord de Paris et dont l’aboutissement permettra de doter le monde d’une troisième génération de droits fondamentaux.

Je profite de cette occasion pour réaffirmer l’attachement du Bénin à l’intégration régionale, aux réformes en cours à l’Union africaine en vue de renforcer son efficacité et ses capacités d’action.

Je tiens à réaffirmer aussi notre attachement à la démocratisation du système multilatéral, y compris la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies, pour le rendre plus juste et plus équitable.

Je voudrais terminer mon propos en saluant les alternances pacifiques intervenues au cours de l’année 2017 en Gambie, en Angola, au Zimbabwe et au Libéria et féliciter les acteurs de ces pays qui y ont œuvré avec sagesse.

Enfin, je vous renouvelle, à vos Pays, à vos Organisations, à vous-mêmes et à vos familles respectives mes sincères vœux de Bonne et Heureuse Année 2018.

Je vous remercie.