Spread the love
deputes-ass
Les députés ont donné carte blanche à l’Exécutif

Le gouvernement du Nouveau départ dispose, depuis hier jeudi 15 décembre 2016, du Budget général de l’Etat, exercice 2017. Ainsi en a décidé la Représentation nationale, par un vote unanime. Ce faisant, la Représentation nationale fait du Budget 2017, celui de tous les records en termes d’adhésion des députés, de délai du vote et de la consistance se chiffrant à plus de 2010 milliards.

 Le vote enregistré, hier à l’hémicycle peut être qualifié de plébiscite. Les députés de la 7ème  législature ont manifesté, à l’entame des débats généraux sur le rapport général de la commission budgétaire présenté président de la commission de finances, Raphaël Akotègnon, leur volonté d’accompagner le gouvernement du président Talon dans son ambition de doter le Bénin d’un budget révolutionnaire. Trois groupes parlementaires sont montés à la tribune de l’Assemblée nationale pour montrer à la face du monde qu’ils soutiennent la loi de finances du Président Talon, laquelle loi est taillée pour faire le bonheur des Béninois, en 2017. « Il s’agit d’un budget ambitieux à la mesure de la volonté politique qui est celle du gouvernement d’apporter des réponses méthodiques et systématiques aux défis de développement de notre pays », a analysé, le député Aké Natondé, président du groupe parlementaire « Bénin uni et solidaire » (Bus). Les autres groupes parlementaires ont aussi donné de la voix. « Dans ce budget, si tout ce qui est proposé peut être réalisé, cela va impacter la vie de nos populations », a déclaré André Okounlola, président de l’intergroupe parlementaire Fcbe. A sa suite, le président Mathurin Nago a indiqué que ce qui compte, c’est que le Bge du gouvernement ait un impact tangible sur la pauvreté et les qualités des dépenses publiques. De même, qu’il soit exécuté à un taux élevé.  La seule chose que déplore la doyenne d’âge Rosine Soglo, président du groupe parlementaire « Unité et Nation », c’est de ne pas voir, dans le document, les traces de transfert des ressources proportionnelles aux communes. Cependant, elle confie faire confiance au gouvernement pour son premier budget. Au total, le gouvernement représenté par les ministres des Finances, Romuald Wadagni et de la Justice, chargé des Institutions, Joseph Djogbénou, n’a pas rencontré d’obstacles sur son chemin. Le Bge 2017 évalué à 2.010 milliards 586 millions de francs Cfa, contre 1.423 milliards 487 millions en 2016, soit une hausse de 587 milliards 99 millions, correspondant à une progression de 41,24%,  passe comme une lettre à la poste. Il en est ainsi, parce que l’option de 808 milliards d’investissements a séduit bon nombre de parlementaires. « Nous sommes ici dans une situation innovante, je parlerai même de révolution budgétaire », a conclu Cyriaque Agonkan.
 Martin Aïhonnou (Coll)
Du paradoxe avec Valentin Djènontin
 Le député doit être en contradiction avec lui-même. Il a voté le Bge 2017, mais il semble ne pas reconnaître les mérites d’un budget qui pourrait impacter la vie des Béninois. Il prend le contre-pied de toutes les louanges chantées, à l’hémicycle et déclare, à qui veut l’entendre, que le Bge du Nouveau départ n’est ni réaliste ni réalisable. Il aurait pu aller au bout en votant contre le premier budget du gouvernement Talon. Il est la seule voix discordante, dans le rang des non-inscrits qui n’ont pas manqué, eux-aussi, à l’appel de la chorale. « Je suis contre, mais je vote » a déclaré Valentin Djènontin.

  Déclarations des groupes parlementaires à la tribune du Parlement
 Groupe Un
Monsieur le Président, 
 Chers collègues.
 Le groupe parlementaire « l’Union fait la Nation » saisit l’occasion des discussions relatives au Premier Budget général de l’Etat,  du gouvernement du président Patrice Talon,  pour partager avec l’ensemble de la représentation nationale son analyse et ses impressions positives sur les importantes propositions du gouvernement du Nouveau Départ.
Monsieur le président,  chers collègues députés, 
L’exercice 2017 est d’une particularité et d’une importance capitale pour plusieurs raisons:
 D’abord,  il s’agit du premier projet de loi de finances que le gouvernement du Président Patrice Talon soumet à l’appréciation de la Représentation Nationale depuis sa prise de pouvoir le 6 avril 2016.
 Ensuite,  ce projet de loi de finances intervient dans un environnement sous régional certes prometteur,  mais difficile,  marqué par des mesures économiques structurelles prises par notre grand voisin le Nigeria,  notamment la dévaluation du Niara et ses conséquences sur les activités économiques au Bénin.
Comme vous vous en doutez,  Monsieur le président et chers collègues,  c’est pour cause que le Groupe parlementaire l’Union fait la Nation après avoir participé de bout en bout aux audiences publiques et à l’étude en commission de ce projet de budget de l’Etat,  Exercice 2017, s’est par ailleurs retrouvé le mercredi 23 Novembre 2016 à Bénin Royal Hôtel de Cotonou,  en conférence parlementaire. Ce fut l’occasion d’un examen approfondi des propositions du gouvernement. Mieux,  cette conférence a favorisé des échanges qui ont éclairé tous les membres du Groupe sur les enjeux actuels. Elle a surtout permis au groupe de répondre à deux préoccupations majeures relatives à ce premier projet de budget de l’ère du nouveau départ, réponses que nous souhaitons partager avec la plénière. Ces préoccupations essentielles sont les suivantes :
 1- l’ambitieux projet de la loi de finances exercice 2017 est-il réaliste et pertinent eu égard à notre contexte national et sous régional ?
2-ce projet de budget est-il social et tient-il vraiment compte de l’amélioration des conditions de vie des couches les plus défavorisées de notre pays ?
Voilà Monsieur le président et chers collègues,  les deux questions essentielles auxquelles les membres du groupe parlementaire de l’Union fait la Nation ont essayé,  individuellement et surtout collectivement,  de trouver des réponses.
 Sur le réalisme et la pertinence du projet de budget exercice 2017
 Le groupe l’Union fait la Nation à examiné le projet de loi de finances, soumis à l’appréciation de la Représentation Nationale par le gouvernement, en tenant compte de la situation socio-économique de notre pays à l’entrée en fonction du nouveau régime et des perspectives pour lui permettre de prendre réellement le train du développement.
Nous avions, à l’occasion, lancé un appel pour la concertation de tous  » pour que le Budget de l’Etat devienne un instrument de justice sociale, d’aménagement équilibré du territoire,  de renforcement de la cohésion nationale et d’instauration de la paix.
Un an,  jour pour jour,  plus tard,  nous voici avec un nouveau gouvernement qui s’inscrit dans notre vision avec un projet de budget de l’Etat qui a franchi le qu’il de 2000 milliards FCfa, soit plus précisément 2010, 586 milliards FCfa.  Ce budget ambitieux affiche une nette progression de 41,24 par rapport à  celui de la loi de finance rectificative de 2016 qui s’élevait à 1423, 487 milliards FCfa
C’est au vu de tous ses aspects positifs et ambitieux que nous voterons ce budget.
Dieu bénisse le Bénin
 Je vous remercie