Spread the love
KOMIKOUTC 2
Les contre-performances du gouvernement sont imputables au ministère de Komi Koutché

Le député Marcel de Souza a dénoncé le mauvais fonctionnement du Système intégré de gestion des finances publiques (Sigfip). Mais, contre toute attente, il a été contredit au Parlement par le ministre en charge des Finances, Komi Koutché. La correspondance que lui a adressée le premier ministre met à nu un grotesque mensonge du ministre Koutché.

Le ministre en charge des Finances a fait économie de vérité en contredisant le député Marcel de Souza. Qu’il vous souvienne que le député a soutenu récemment, à l’Assemblée nationale, le dysfonctionnement du système intégré de gestion des finances publiques (Sigfip). L’élu de la nation faisant savoir que le fonctionnement saisonnier du Sigfip ne permettait pas au gouvernement de réaliser de bonnes performances. Mais, face à la Représentation nationale, le ministre Komi Koutché avait opposé une réplique, faisant croire que cet outil fonctionne à merveille. Et voilà que Marcel de Souza vient d’être soutenu par le premier ministre, Lionel Zinsou, qui a adressé une correspondance au ministre Komi Koutché, lui demandant d’instruire ses services compétents à l’effet de l’ouverture du système. Pour preuve, le premier ministre, Lionel Zinsou, qui a hérité de l’ex ministère en charge du développement se plaint du blocage qu’occasionne le Figfip. Le ministre des Finances qui avait pris une fausse défense du gouvernement étale ainsi un gros mensonge au sommet de l’Etat. Au 31 décembre 2014, soixante (60) ordres de paiement sont restés non régularisés. Le montant de ces ordres de paiement s’élève à plus de 730 millions de francs (Cfa). L’exécution du budget de l’ex ministère du développement au premier semestre était de moins de 20%. Pour le budget général de l’Etat, exercice 2015, le Sigfip est fermé depuis février. Cette attitude imputable au ministère des finances, influence négativement, selon le premier ministre, l’atteinte des objectifs que le gouvernement s’est assignés.

Lettre-premier-ministre AT