Spread the love
Rb-2Elles ont été dans la course pour la présidentielle depuis le renouveau démocratique. Mais, 26 années après, aucun d’eux n’a leur représentant parmi la quarantaine de candidatures reçues par la Commission électorale nationale autonome (Cena) du 9 au 12 janvier. Le Parti du Renouveau démocratique (Prd) de Adrien Houngbédji, la Renaissance du Bénin (Rb) de Nicéphore Soglo , le Parti social démocrate (Psd) de Bruno Amoussou et dans une moindre mesure le Madep de Séfou Fagbohoun. La forclusion des têtes de pont de ces partis a entrainé du coup le déluge. Léhady Soglo, Président de la Rb, n’a pas pu se présenter. Il n’a rien trouvé d’autre que de soutenir le candidat Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) Lionel Zinsou. Le Parti du Renouveau démocratique (Prd) en présence de Adrien Houngbédji, pourtant forclos, n’a pas pu élire un président représentatif à même d’être candidat. Adrien Houngbédji, toujours aux commandes, soutient Lionel Zinsou alors qu’il a bel et bien un candidat valable à proposer. Emmanuel Golou, Président du Parti social démocrate (Psd), a affiché sa candidature jusqu’à récemment, mais a fini par jeter l’éponge en raison de la position de l’Union fait la nation (Un) face à la question de la présidentielle. Tous ces grands partis qui pourtant ont fait les luttes épiques depuis 1990 ont fini par lâcher prise sous la pression de ce que l’on sait. Aucun des leaders charismatiques de ces partis n’ont pu sauver l’honneur. Sans être très rigoureux et vigoureux vis-à-vis de la Rb et du Psd qui pourtant ont pu élire un Président, le Prd a toujours vu à sa tête depuis plus de 20 ans le seul et même Président qui dicte sa loi à son fief électoral qui curieusement l’a toujours suivi. 2016 annonce-t-il la fin définitive de ces grands partis au profit des nouvelles alliances et partis crées par le Président au pouvoir ? La classe politique béninoise s’effondre et l’héritage s’effrite. 
 
AT