Spread the love
Aurélien-AGBENONCI-
Aurélien Agbénonci a présidé la cérémonie

 Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, et Jean-Marc Froment, représentant l’Ong African Park Network, ont procédé le 16 juin 2017 à Cotonou, à la signature d’un accord de siège à l’Ong African Park Network.

La gestion et le développement du parc national de la Pendjari sont officiellement confiés à l’Ong African Park Network. La remise officielle du parc a été marquée par la signature d’un accord de siège entre le gouvernement béninois et l’Ong African Park Network. «La signature de cet accord de siège est le début d’une nouvelle coopération qui sera longue et fructueuse entre le gouvernement béninois, les communautés locales et African Park Network», a affirmé Jean-Marc Froment, directeur du conservatoire de l’Ong. Selon lui, la mission assignée à son Ong à travers cet accord de siège est de faire du parc de la Pendjari, un parc d’exception en Afrique de l’Ouest pour révéler au Bénin, à la région et au monde, la valeur exceptionnelle de ce patrimoine naturel, mais aussi, le rôle qu’il peut jouer dans le développement économique et social. Pour lui, le parc de la Pendjari et le Wap sont les derniers refuges pour la grande faune de l’Afrique de l’Ouest et il est important de vite agir, car les pressions sur les ressources de ces espaces naturels sont grandes. Pour sa part, Aurélien Agbénonci, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, a indiqué que cet investissement dans le tourisme permettra non seulement au Bénin de se faire connaître à l’étranger, mais aussi et surtout, de créer des emplois et faire accroître le Produit intérieur brut (Pib).
Le gouvernement du Bénin a adopté en janvier 2017, un projet de délégation de la gestion du complexe du parc national de la Pendjari à African Park Network et un plan d’affaires quinquennal de développement dudit complexe. Le coût global du plan d’affaires est de vingt-six millions de dollars Us, soit environ quinze milliards six cent millions de FCfa dont trois milliards six cent millions de FCfa à la charge de l’Etat béninois et douze milliards de FCfa, par les partenaires techniques et financiers.
 
O. A
(Coll)