Spread the love
ACCOSTAGE_NAVIRE
Les installations de Bénin Terminal boostent les chiffres du Port de Cotonou

Le port de Cotonou a enregistré un record de productivité, grâce à une cadence de manutention de 103,71 mouvements l’heure sur un navire accosté, le jeudi 2 mars 2017. Cette performance a été réalisée par la société Bénin Terminal dont les investissements dopent la compétitivité du port.

 L’exploit est assez significatif pour être signalé en cette période de ralentissement des flux de trafic au port de Cotonou. L’opération de manutention sur le navire porte-conteneurs MSC LORENA, accosté le 2 mars à 10 heures 50 minutes au quai sud,  a connu un nouveau record de productivité de 103,71 mouvements l’heure. La performance porte la signature de Bénin Terminal, une concession de Bolloré Ports. Les opérations ont démarré à 10 heures 57 minutes sur le navire pour finir à 00 heures 57 minutes, soit 14 heures de manœuvre pour traiter 1370 conteneurs. « Nous sommes fiers d’avoir atteint ce niveau de productivité au port de Cotonou qui réduit le temps d’escale de l’armateur », commente Philippe Alexandre, Directeur Général de Bénin Terminal.   Si ce record donne au port de Cotonou une nouvelle dimension dans sa quête de compétitivité, l’opérateur BENIN TERMINAL estime qu’il n’est que la résultante des investissements réalisés par son groupe depuis la mise en concession du quai sud en novembre 2009. Il signale qu’à travers la Convention de Concession, Bolloré s’était engagé à réaliser des investissements en termes d’équipements pour améliorer les performances du port de Cotonou. Le groupe français a ainsi procédé à la mise en place de quatre portiques à conteneurs de forte capacité, capables de traiter des navires Porte-conteneurs allant jusqu’à 300 mètres de long et d’un tirant d’eau de 13,5 mètres. Bénin Terminal a un parc matériel de 10 portiques de parcs (RTG), 36 tracteurs portuaires ainsi que  10 Reachstacker de 45t , lui permettant aujourd’hui de s’arrimer aux standards internationaux. Le coût total des investissements est estimé à 150 millions d’euros, soit plus de 80 milliards F CFA.   Mais si le quai sud a pu accueillir les grands navires du type du MSC Lorena, c’est aussi grâce aux travaux confortatifs réalisés par le PORT AUTONOME DE COTONOU.  Ces travaux comprennent le dragage du chenal et du sud du bassin, le prolongement de la digue ouest et l’élargissement de la darse de traverse, pour permettre au port de Cotonou d’accueillir des navires de nouvelle génération. Pour réaliser ce chantier, le gouvernement a négocié auprès de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) un crédit de 20 milliards de francs CFA ainsi que l’arrangement d’une syndication de financement auprès des banques primaires du Bénin et de la sous-région pour un montant de 20 milliards de francs CFA. Les autorités portuaires ont annoncé, le 15 octobre 2016, la fin des travaux confortatifs et l’officialisation de 13,5 mètres de tirant d’eau.  La performance réalisée par BENIN TERMINAL qui établit ainsi un nouveau record de productivité dans le traitement des navires Porte-conteneurs au Port de COTONOU, ouvre ainsi de bonnes perspectives dans le cadre du développement des activités portuaires. « Ce que recherche tout armateur, c’est la réduction de la durée de son escale. Cela réduit les coûts d’exploitation à quai et améliore sa rentabilité. Plus un navire a une courte durée d’escale, plus vous avez de navires qui accostent et cela apporte plus de recettes pour le pays », insiste Philippe ALEXANDRE pour qui cette performance va inciter les armateurs à d’avantage privilégier la desserte du port de Cotonou dans les rotations de navires qui desservent les différents ports de la sous-région.