Spread the love
Olivier Bocco gris
Olivier Bocco annonce les couleurs

Comme d’habitude, ces derniers mois, la classe politique et une frange de la société civile, se sont donné la main pour la défense des intérêts d’un Béninois que le pouvoir voulait priver de ses droits. Avec l’accueil réservé à Olivier Bocco, on peut dire qu’une large union se forme autour de la candidature de Patrice Talon.

Avec le retour au bercail d’Olivier Bocco, lundi dernier, la dernière ligne droite vers l’élection présidentielle de 2016 vient d’être abordée. Certes, il n’est candidat à rien. Mais, tout le monde sait qu’Olivier Bocco est un peu l’arbre qui cache la forêt. Son arrivée est comme un test pour apprécier la réaction d’un pouvoir devenu, au fil de la kyrielle des déconvenues qui lui est tombée dessus, frileux et réfractaire à toute forme d’opposition. Ce qui est sûr, le régime Yayi a commis une erreur de plus il y a trois jours, en ne rendant pas l’arrivée du compère de Patrice aussi banale. C’est une faille dans la stratégie de communication du régime. Elle a dû alerter les nombreux curieux présents à l’aéroport de Cadjèhoun. Aujourd’hui, avec l’agitation qu’il y a eu sur les réseaux sociaux, Olivier Bocco est plus que connu qu’il ne l’était, il y a quelques semaines. Il est devenu martyr malgré lui. D’ailleurs, en tentant de le garder, la Police de par son zèle, a franchi le rubicon. Qu’en sera-t-il alors de l’arrivée de Patrice Talon ? A coup sûr, la succession de ces erreurs politiques démontre les limites et carences du gouvernement. Elles sont de plus en plus bien exploitées par l’opposition. Nous avançons donc sur un échiquier où chaque camp déplace ses pions au gré des ambitions. Olivier Bocco étant par ailleurs un pilier essentiel dans la galaxie Patrice Talon, il est là pour préparer le terrain à son patron. Le message semble être bien reçu par une partie de la classe politique. Quelques caciques ont d’ailleurs fait le déplacement à l’aéroport le lundi soir. Plus surprenante, était la présence de quelques ténors de l’Union fait la Nation comme Lazare Sèhoueto. Autant les présences de Joseph Djogbénou, avocat personnel de Patrice Talon et de Candide Azannaî, semblaient logiques, celles de Sèhoueto, Richard Sènou, Gaston Zossou et entre autre Adidjatou Mathys peuvent paraître tout, sauf anodines. D’autres caciques Fcbe étaient même présents, et visibles, malgré l’anonymat. Il y a, à y voir de près, les prémices d’une large union politique pour porter la candidature du magnat du coton. Toujours est-il que la bataille sera rude. Les inimitiés enfouies vont ressurgir d’ici là. L’essentiel, ce sont les intérêts du peuple béninois.

 Wilfrid Noubadan