Spread the love

ministre-jean-claude-houssouLe Ministre de l’énergie de l’eau et des mines, Jean Claude Houssou était ce mardi 25 octobre 2016 sur la télévision nationale. Invité dans l’édition du Journal Télévisé, il  a éclairé l’opinion publique sur les actes de vandalisme enregistrés sur le réseau de la société béninoise d’énergie électrique (SBEE) dans l’Alibori. La question des coupures intempestives dans l’Atlantique a été également abordée. (Lire ci-dessous l’intégralité de son entretien avec nos confrères de l’Ortb).

Monsieur le ministre, dites-nous ce qui s’est réellement passé en ce qui concerne les actes de vandalisme enregistrés sur le réseau de la SBEE  dans l’Alibori ?

Nous avons constatés une recrudescence des actes de vandalisme sur les réseaux de la SBEE, le dernier en date, c’est dans le département de l’Alibori entre Bemberèkè et Kandi précisément dans la zone du village de Gamia où on a constaté qu’il y a des personnes mal intentionnées qui créent volontairement des court-circuit, qui sabotent les lignes en cassant même des poteaux électriques en béton pour les jeter à terre. Ça doit être suffisamment organisé et outillé pour arriver à ces résultats là avec des risques et des conséquences. Des risques pour ces personnes là en termes d’électrocution  parce que si ça se passe mal, ils peuvent être grillés instantanément  et puis de l’autre côté, les conséquences pour la population au moment où le gouvernement fait des efforts énormes, les conséquences pour la population, les enfants ne pourront pas étudier  le soir, les vendeurs de poissons ou de glaces ne pourront pas faire leurs activités. En fait, ces personnes oublient qu’autour d’eux, il y a des gens qui souffrent ou qui souffriront de leurs méfaits dans leur famille.

 Monsieur le ministre on voit là que ces personnes-là défient la sécurité qui devrait normalement veiller sur ces réseaux de la SBEE 

Ils défient la sécurité pour commettre leur forfait au risque de leur vie et pour apporter des conséquences néfastes pour la population. Je disais tout à l’heure par rapport aux enfants qui ne peuvent même pas étudier parce qu’il n’y a pas la lumière, aux artisans commerçants  qui ne peuvent pas exercer leur travail. Au moment où ce gouvernement fait depuis des mois un effort considérable en termes d’investissement, en termes d’infrastructure pour faire en sorte que le délestage soit derrière nous.

Parlant de délestage, est-ce que ces genres d’actes compromettent l’ambition du gouvernement à finir avec le délestage ?

Je suis membre d’un gouvernement déterminé à l’image de la détermination du numéro un d’entre nous qui est le Président Patrice Talon. Cette détermination, elle est entière et ne peut pas changer les objectifs et les ambitions qu’a ce gouvernement pour faire en sorte que le délestage soit éradiqué définitivement comme vous le disiez, il y a des chances. Donc tous les actions qui sont en cours et qui ont été entreprises depuis plusieurs mois continuent de l’être. Il y a déjà des nouveaux moteurs qui sont déjà arrivés, il y a le site de Maria-Gléta qui est en cours de mise en condition pour accueillir ces nouvelles infrastructures. Sachez que la détermination est totale pour ce gouvernement et que rien ne l’arrêtera même s’il y a une petite portion de la population qui ne veut pas du bien pour la plus grande majorité d’entre nous qui souhaite que la situation change en bien définitivement.

Alors Monsieur le ministre, que se passe-t-il dans certaines zones de l’Atlantique où des coupures intempestives sont enregistrées ces derniers temps ?

En ce qui concerne la situation que vous évoquez, nous avons eu le week-end dernier, ce qu’on appelle une avarie majeure. J’appelle avarie majeure, un transformateur de fortes puissances, puisque c’est plus de 40 tonnes qui a été défectueux. Ce transformateur est en fait un matériel, un appareil qui transforme l’énergie, l’électricité de haute tension à une basse tension qui permet après d’alimenter les foyers avec la basse tension parce que l’électricité qui est transformé transporté en haute tension ne peut pas arriver directement dans les foyers. Donc on a besoin de ses appareils pour transformer cette puissance importante en petite puissance pour pouvoir alimenter nos foyers et il s’est fait que ce transformateur qui date de 1973, est arrivé malgré toutes les actions de maintenance, a ses défauts, donc toutes les actions sont menées pour réalimenter en attendant le remplacement de ce transformateur-là. Sachez qu’il y a le matériel qui est en cours d’acheminement  sur le site d’AVAKPA et en attendant que les techniciens fassent ce remplacement durable, il y a des solutions alternatives qui sont mises en œuvre notamment les groupes électrogènes de fortes puissances pour alimenter Allada, Ouidah, Sèhouè, Tori-Bossito et toute la région. Mais progressivement depuis plusieurs jours, on est en situation de crise, même samedi, dimanche pour des réunions de crise par rapport à ça. Moi-même aux commandes avec le directeur de la SBEE qui fait tout avec son équipe et le directeur de la CEB venus spécialement de Lomé pour qu’on fasse en sorte qu’on éradique définitivement cette difficulté que vivent nos concitoyens dans ces régions que vous venez d’évoquer. Dans quelques jours, ce sera un vieux souvenir.

Transcription : Léonce ADJEVI