Spread the love
Le maire Charlemagne Honfo
Le maire Charlemagne Honfo

Le maire de Sèmè-Podji est résolument engagé pour la bonne gouvernance. C’est cette dynamique qui l’a motivé à initier une séance de reddition de comptes de ses actions en faveur de l’éducation. La rencontre qui a eu lieu vendredi dernier à la Maison du peuple a été l’occasion pour les populations de le féliciter et de l’exhorter à rester fidèle à cette ligne de conduite.

L’éducation est un point central du programme de gouvernance du maire de Sèmè-Podji. Le vendredi dernier, les populations qui ont massivement effectué le déplacement en sont convaincues. Et pour preuve, entre 2016 et 2017, Charlemagne Honfo a injecté 534 millions 232 mille 380 francs Cfa dans la construction, la réfection et l’équipement d’écoles. Selon le point fait par l’édile, l’arrondissement de Tohouè s’en sort avec 129 millions 90 mille 545 FCfa. Ses homologues d’Agblangandan, Aholouyèmè et Ekpè ont bénéficié respectivement de 111 millions 373 mille 841 FCfa, 80 millions 180 mille 867 FCfa et 109 millions 579 mille 538 FCfa. Quant à Podji et Djèrègbé, c’est 31 millions 547 mille 38 FCfa et 72 millions 460 mille 551 FCfa qui ont été respectivement mis à leur disposition. En dehors des infrastructures, la mairie de Sèmè-Podji a soutenu l’éducation, au cours des deux dernières années, à travers la rémunération des animateurs du programme Cours accélérés, la distribution de kits scolaires aux élèves démunis, l’octroi de prix aux meilleurs élèves admis au Cep, Bepc et Bac, l’organisation de travaux dirigés au profit des candidat etc. Au total, c’est 554 millions 460 mille 538 francs Cfa qui ont été déboursés pour offrir de meilleures conditions d’études aux apprenants. Ce qui a valu à Charlemagne Honfo, lors de cette séance, des applaudissements nourris en guise de félicitations. « La reddition de comptes est un exercice très délicat auquel les dirigeants ne sont pas souvent disposé à faire, puisque c’est une évaluation de soi. C’est une manière de s’exposer aux critiques. Je salue le courage du maire pour avoir accepté de se livrer à un pareil exercice », a confié Michel Djidjoho le chef village de Djeffa. Pour le numéro 1 de Sèmè-Podji, ce n’est que le début. Il promet descendre dans les arrondissements au cours de l’année 2018 pour le même exercice.  « Notre leitmotiv, c’est la transparence et rien que la transparence, et il n’y aura pas un meilleur de demain sans un meilleur d’aujourd’hui. Ce sont les gens d’aujourd’hui qui doivent être meilleurs pour croire au meilleur vde demain », a-t-il certifié.

 Joël Samson Bossou