Spread the love

Affichage liste électoraleAlors que les prochains scrutins électoraux s’approchent à pas feutrés, l’Agence nationale du traitement (Ant) s’organise pour l’actualisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). A cet effet, l’Ant a procédé à l’affichage de la liste dans les centres de vote. Etat des lieux. 

Le triste sort réservé à la liste électorale

Dans la plupart des centres de vote, la liste électorale affichée n’est plus complète. Cela n’est pas dû à une défaillance dans l’affichage par les agents recenseurs. Deux raisons expliquent le fait. D’une part, on note le déchirement  des feuillets par des citoyens indélicats jamais pris en flagrant délit. D’autre part, les feuilles disparaissent d’elles-mêmes sous l’effet des pluies diluviennes ou d’autres intempéries. De ce fait, certains électeurs ne retrouvent plus leurs noms. Ils sont parfois obligés de faire recours aux chefs villages. C’est le cas de Emma Fagnigbo. « Je n’ai pas vu mon nom affiché. Ils ont déchiré la feuille. J’irai chez le chef village pour vérifier », a-t-elle déclaré. Approché, Marcel Zinsou, chef quartier de Tanto, dans le premier arrondissement de Cotonou, a martelé que la disparition d’une partie de la liste est due à la pluie. « Nous n’avons pas une salle où il faut afficher la liste. Nous l’avons fait sur les murs de l’école. Lorsqu’il pleut, les feuilles sont emportées », a-t-il déploré. Cependant, il n’a pas occulté la seconde cause. A ses dires, il faut aussi recruter un gardien pour empêcher les enfants  qui tentent de déchirer la liste. Il n’a pas manqué d’inviter les populations à se rapprocher des chefs quartiers s’ils ne retrouvent pas leurs noms sur la liste électorale affichée dans les centres de vote. Il faut dire que d’ores et déjà, des dispositions sont prises du côté du Cos-Lépi pour pallier cette situation qui crée des frustrations et bloque le bon déroulement du processus d’actualisation de la liste électorale. Au nombre des solutions, des registres supplémentaires sont remis aux agents chargés de l’actualisation. « Quand les populations viennent, on leur demande de présenter les cartes Lépi et nous vérifions », a déclaré  Siméon Assoclé, agent du Cos-Lépi.

  Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)

 La liste électorale disponible à Abomey et Bohicon

A Abomey, en se rendant aux postes de vote  musée historique d’Abomey, à l’école primaire publique (epp) Adjahito en face de la Ddemp/Zou et à l’école primaire publique (epp) Doguèmè derrière le Tribunal, des noms sont affichés. Même remarque à Bohicon. C’est le cas de l’Ecole primaire publique (Epp) de Saclo, de Zakpo, au quartier Gakon-Ponsa, Hèzonho et autres. Mais dans l’ensemble, il n’y a pas d’affluence, car la population s’intéresse très peu à la consultation de ces listes. Donc, il va falloir que les acteurs le Cos-Lépi, les élus locaux et autorités politico-administratives redoublent d’effort pour sensibiliser la population.

 Gaétan Nato

(Br Zou-Collines)

 L’affichage des noms, une réalité dans le Mono

Le processus d’actualisation de la liste électorale permanente informatisée suit  progressivement son cours  dans les départements du Mono et du Couffo. Comme dans les autres départements, les Listes des citoyens qui se sont antérieurement enregistrés sont effectivement affichées dans les centres d’enregistrement prévus à cet effet, depuis le 6 octobre 2018. Tous les centres de vote des douze Communes de ces deux départements du Sud se sont conformés aux prescriptions et recommandations de la Commission de supervision de la Lépi et de l’Agence nationale de traitement qui exigent que les listes soient affichées dans les centres de vote et que les citoyens aillent les consulter. De Lokossa à Comè, en passant par Dogbo, Djakotomey et Aplahoué, ces recommandations ont été suivies à la lettre par les représentants départementaux de ces structures. Toutes les listes ont été affichées dans les centres de vote du Mono et du Couffo. Presque tous ceux qui s’étaient enregistrés ont  retrouvé leurs noms. Cependant, force est de constater qu’il y a quelques irrégularités dans le processus d’affichage des listes. Les noms de certains citoyens se sont retrouvés sur des listes affichées dans d’autres centres. Pire, les noms d’autres citoyens ne figurent pas carrément sur les listes affichées. En témoigne celui d’Hyppolite Kahou, un habitant du centre ville de Lokossa. Il affirme s’être inscrit dans le centre d’enregistrement de la maison du peuple de Lokossa. Malheureusement, son nom ne figure pas sur les listes affichées dans ce centre. Mais sans trop attendre, un citoyen qui se trouve dans le même cas, lui indique la conduite à tenir. Il lui suggère de se rendre chez le délégué du quartier pour lui faire part de sa préoccupation.

 Claude Ahovè

(Br Mono-Couffo)