Spread the love
patricetalon1
Talon, un président hors pair

Indéniablement, Patrice Talon déjoue les mauvais pronostics, et agit davan-tage en homme d’Etat. D’ici à la fin du mandat, il est à croire qu’il réussira la prouesse de changer le visage du  Bénin, et rendre un grand nombre de Béni-nois plus heureux.

Après son bain de foule, juste après le défilé militaire du 1er août, les observateurs s’accordent désormais sur le fait que Patrice Talon maîtrise son sujet. Car, malgré un contexte politique difficile fait d’invectives et de provocations à son égard, et ses ennuis de santé récurrents,   Patrice Talon s’efforce à être détendu et toujours à l’écoute de ses compatriotes. Son bain de foule après le défilé montre que le chef de l’Etat, malgré tout ce qui lui est reproché, reste proche de ses compatriotes. Apparemment, comme il l’a souvent déclaré, il a à cœur de changer le visage du pays, et de créer les conditions du mieux-être.  En tout cas, malgré ses soucis de santé, il est sur tous les fronts. D’abord, les sujets qui défraient la chronique, ne l’effraient guère. Alors qu’à  toutes les dernières affaires politiques qui ont agité le landerneau politique, on tente de relier son nom, et de voir sa main partout, il reste imperturbable. La journée du mardi 1er Août en a encore été une preuve palpable. Alors, qu’il aurait pu s’offusquer du manquement à son égard, il ne s’est pas autrement ému du comportement de l’ancien président de la République, Nicéphore Soglo. Patrice Talon a même, signe d’une grande humilité, accepté de recevoir et d’échanger avec son aîné à son domicile dans l’après-midi. C’est un point politique de gagner. Par ailleurs, depuis quelques semaines,  beaucoup ont vu sa main ou sa patte dans la crise à la Rb, d’autres n’ont pas hésité à l’associerà la crise du Psd. Pareil pour l’agitation qui a secoué la Mairie de Ouidah, où certains détracteurs l’ont accusé d’avoir ourdi un complot contre l’ex maire.Toujours est-il, que Patrice Talon est resté de marbre. Dès son retour de France après ses opérations chirurgicales, il s’est résolument mis au travail.
Quelques réussites
 Désormais, le  Pag devient une réalité. A travers les microcrédits aux plus pauvres par exemple, il est à espérer que nombre de femmes pourront re-commencer leurs activités, afin de subvenir aux besoins de leurs progénitures. Le Projet Bénin-taxis, même s’il n’a pas encore atteint la vitesse de croisière, est l’une des actions du gouvernement à saluer, dont le but est de réduire le chômage. Dans la même veine, il y a quelques jours,  le chef de l’Etat a pesé de tout son poids, pour que 6000 enseignants recrutés l’année dernière, commencent par émarger au Budget national.  Instructions avaient été données aux ministres de faire diligence afin que ces jeunes recrutés soient satisfaits. Une autre prouesse du gouvernement à saluer, c’est d’avoir par l’entremise de la coopération chinoise, relancer les projets d’adduction d’eau potable dans le Zou, afin de permettre aux populations enclavées d’avoir accès à l’eau. Ce fait est d’autant plus important qu’au 21ème siècle, il est de plus en plus inconcevable et incompréhensible, que des populations n’aient pas accès à l’eau potable. Somme toute, le gouvernement travaille d’arrache-pied à réduire de taux de paupérisation, et l’étendue de la misère dans le pays. Par ailleurs, il est à saluer la détermination du ministère du cadre de vie, à créer les conditions de mieux vivre, par l’amélioration du cadre de vie.
 Un bon chef d’orchestre
 Sur un autre plan, il y a quelques jours dans la capitale, c’est avec liesse et ferveur que les populations ont participé au lancement de la route Porto-Novo/Pobè. Tous ces actes participent de la réussite de l’action gouvernementale. Cela n’aurait pas été possible, sans un chef d’orchestre efficace. Reste à agir pour que le maximum de nos compatriotes soient impactés par ses nouvelles mesures et réformes. Cela aiderait infléchir la courbe du chômage et à corriger l’image d’un gouvernement auquel il est souvent reproché de ne pas faire du social. Pour y arriver, le Chef de l’Etat et son gouvernement doivent garder la même posture par rapport au Parlement. A défaut de négocier un pacte de non-agression, l’Exécutif doit garder les rapports les plus cordiaux avec l’ensemble des parlementaires. Pour aller vite, l’Exécutif doit convaincre le maximum de députés de la justesse de ses propositions et de l’efficacité de sa politique. Il faut donc susciter l’adhésion de tous. C’est un vaste programme.
 
WN