Spread the love

carte-sur-table-traiteL’émission hebdomadaire socio politique carte sur table de la radio océan FM en synchronisation avec Urban Fm a reçu ce dimanche 13 novembre comme invités le secrétaire général des forces unies pour le nouveau départ (Fund), et celui du Parti du Peuple pour le peuple (Ppp) respectivement Adéoyé Issi Dine et Julien Houndolo. Pendant 90 minutes, ils ont opinés sur plusieurs sujets dont la tournée du Président Patrice Talon dans le nord du pays, le projet de budget général de l’Etat, les réformes dans le secteur de l’éducation et les décisions prises en conseils des ministres.

Pour ce qui concerne la tournée entamée depuis vendredi dernier par le Président Patrice Talon dans le nord  du pays, ils ont fait savoir que cela fait partie du programme d’action de ce dernier et que cela ne devrait pas susciter de polémique sur le lieu choisi par ce dernier pour entamer sa tournée présidentielle. Quant à ce qui concerne le message délivré par le président Patrice Talon dans la cité des kobourou et qui est relatif au fait que ce n’est pas seulement Parakou qui est malade mais plutôt tout le Bénin, Julien Houndolo a estimé que le Président a bel et bien raison. Selon lui, le Bénin est malade non par de son peuple, mais malade des actions qui ont été menées par les différents régimes qui se sont succédés de 1960 à nos jours. « Je suis fier de lui, il n’a pas parlé en politique politicienne, mais plutôt en politique de développement » a-t-il précisé. Il a pour preuves cité quelques maux dont souffre le Bénin comme le siège de l’assemblée nationale, dont la construction est en souffrance depuis 2010, les problèmes enregistrés dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

Sur le projet du budget de l’Etat, Julien Houndolo a fait savoir que l’ambition du chef de l’Etat Patrice Talon de remettre le Bénin sur le chemin du développement se mesure déjà par le montant de son budget, les moyens dont il a besoin pour accomplir ses actions. Selon lui, le gouvernement a mis en place des instruments pour faciliter la mobilisation des fonds par  le vote de la loi sur le partenariat public-privé. Pour lui, la mobilisation de 2010 milliards pour 2017, est une ambition très bien mesurée et réaliste par rapport aux besoins et aux discours que le président Talon tient partout en parlant de la maladie de son peuple.

Le sujet relatif à la  décision de mise en affermage des hôpitaux de zone de Djidja, de Covè et de Djougou prise par le gouvernement de la rupture a été également abordé par les invités. Selon Julien Houndolo,  cette décision est un mode de gestion, comme tout autre et c’est un choix du gouvernement. Il  a été renchérie par Adéoyé Issi Dine, qui pense la mise en application n’est pas encore effective. Dès lors, il ne devrait pas avoir de tapage à ce niveau. Se référant au coût que le citoyen béninois devra payer pour bénéficier des soins de santé, il a fait remarquer que le président Talon trouvera lui-même le mécanisme pour ne pas pénaliser la population à la base. « Il a pris la décision, attendons sa mise en application, il y aura forcément un mécanisme pour contrôler mais aussi permettre aux citoyens de suivre les soins comme cela se doit » a-t-il martelé.

En ce qui concerne la suppression du Brevet de technicien supérieur (Bts) par le gouvernement, Adéoyé Issi Dine pense que cette une bonne décision. A l’en croire, le Bénin appartient  à une communauté régionale qui a des exigences données. Et parlant d’exigence, en Cote d’Ivoire, on ne parle plus de Bts, le processus est aujourd’hui harmonisé et ce serait maladroit pour un pays comme le Bénin, qui se veut légaliste de ne pas se conformer à cette règlementation.

L’Affaire Ajavon qui a défrayé la chronique n’a pas été occulté. Les invités ont estimé que cette affaire n’a pas terni l’image du pays et que compte tenu du fait qu’elle est toujours pendante devant les juridictions, il n’est pas opportun qu’ils se prononcent là-dessus. Cependant ils ont salué la capacité du chef de l’Etat à se mettre au dessus de toute situation. Ceci en ne s’immisçant pas dans les différents pouvoirs.

Léonce ADJEVI