Spread the love

justice 2018L’avocat de l’accusé Mario Gbègan, Me Louis Fidégnon, s’est deconstitué du dossier le vendredi 17 août. La cause a été donc renvoyée à une session ultérieure.

Il a été retourné dans sa cellule sans comprendre grand-chose de tout le jargon qui a précédé le renvoi de son dossier à une session ultérieure. L’accusé de vendredi dernier Mario Gbègan a eu juste le temps de se présenter à la barre et plus rien d’autre. C’est déjà à l’entame du procès que l’avocat de l’accusé, Me Louis Fidégnon, a soulevé  une exception. Il a relevé dans le dossier de son client, l’inexistence de l’expertise psychiatrique. Il souligne qu’au regard des faits, l’accusé a commis dans des temps assez voisins, deux meurtres qualifiés assassinat. Cette succession des faits l’a amené à s’interroger sur la situation mentale de l’accusé. Il a sollicité de la Cour une expertise psychiatrique pour cerner véritablement son état. Après une suspension, la Cour a ordonné qu’on joigne la demande du conseil au fond. Sans tarder, Me Louis Fidegnon a déposé sa demande de déconstitution. La Cour a procédé à une nouvelle suspension et a ordonné le renvoi de la cause à une session ultérieure. La principale raison comme on peut s’en douter, est la déconstitution du conseil de l’avocat.

 HA