Spread the love

Clotaire Olihidé« Jusque-là, la question de l’arc- en- ciel sur le logo était quasiment acceptée de tous, même s’il y a eu des grincements  de dents dont je ne veux même pas vous parler. Il a eu des gens qui ont menacé aussi si justement on acceptait de garder l’arc-en-ciel dans le nouveau logo. Tout cela était informel, c’est pourquoi je vous demande est-ce que vous avez entendu quelqu’un crier sur les toits que  si on garde le logo du Prd, il s’en va. Non, mais ça ne veut pas dire que ça ne s’est pas passé. Parce qu’on était dans les discussions informelles. Donc, vous ne pouvez pas être dans ce genre de discussion informelle, et exiger que votre logo soit intégralement pris en compte et qu’on vous réserve un certain nombre de places. Concernant le collège de 17 membres, c’est vrai qu’à un moment donné, l’idée a circulé que dans les 17, il faut faire un dispatching pour que tel ait quatre, tel trois, tel deux, ainsi de suite. Mais par la suite, on a mis  une croix sur ça. On a dit que ça va créer trop de problèmes. On a fini par dire non, ce qu’on va faire, c’est qu’au congrès, il y aura une motion pour proposer un bureau de 17. Ce qui a été retenu, c’est que sur les 17, il faut faire en sorte que la configuration géopolitique nationale soit prise en compte et deux, que tous les départements soient représentés. Donc, dans ce jeu, l’ex-Prd va se retrouver avec 2 ou avec 3 ou avec 4, peu importe mais nous, on n’est plus entré dans ce débat là. Le comité spécial préparatoire dont j’ai parlé, vous savez comment ça été constitué ? Ceux qui aujourd’hui sont en train de conduire les travaux de la phase transitoire jusqu’au congrès constitutif, il y a eu 02 pour le Prd, 02 pour la Dynamique unitaire,  03 pour tous les autres et, après il a eu une personne qui a été ajoutée. Il a eu 02 pour le Prd qui est seul avec 06 députés et il a eu 02 pour Dynamique unitaire qui fait 60 partis et alliances avec près d’une vingtaine de députés ».

 

Boulevard

Et pourtant, on le savait !

Le retrait de Me Adrien Houngbédji et de sa famille politique du Bloc républicain  n’a ébranlé outre mesure Patrice Talon. Cela ne devrait produire aucun effet de surprise d’autant qu’il y a quelques semaines lors du congrès du Prd à Avrankou, département de l’Ouémé, Adrien Houngbédji a déjà répondu très clairement aux propos de certains invités qui ont commencé par chanter le requiem du Prd. Alors que les  discours de quelques alliés présents ont tendance à enterrer  le parti Arc-en-ciel et  montré que c’est la dernière fois que le slogan « Tchoco-Tchoco » sera entendu, Adrien Houngbédji a riposté en lançant que, ceux qui prédisent une telle fin de son parti ne savent pas de quoi ils parlent. Les partis amis invités à cette manifestation ont donc assisté à quelque chose de très inattendue et sont repartis les visages plein d’interrogations. Ils se sont fait une idée des intentions de leurs alliés. Ce n’était qu’une question de temps. A l’arrivée, il n’y a pas de différence entre les  déclarations faites à Avrankou et la décision prise par Adrien Houngbédji, le 18 novembre 2018. Malgré un tel comportement, Patrice Talon a gardé la tête sur les épaules en ne cherchant pas à tonner contre la position de son allié. Le chef de l’Etat a sans doute ses raisons, et la plus plausible, c’est de ne pas donner l’occasion à son partenaire de lui tourner dos, car si tant est que la politique réserve d’énormes surprises, il vaut mieux laisser faire jusqu’ à la fin. L’autre raison tout aussi dépendante de la première, c’est de ne pas pousser le Prd dans l’opposition. A partir de là, chacun devrait se faire une idée de la position affichée par le chef de l’Etat après cette sortie du Prd du projet de constitution de deux grands partis. Cette sagesse de Patrice Talon que beaucoup ont du mal à comprendre répond à une seule logique: il ne faut pas tirer des conclusions hâtives.

FN