Spread the love
badirou-lawani
Le procureur Badirou Lawani situe l’opinion

Avec l’affaire drogue retrouvée dans un des conteneurs de la société Cajaf Comon, c’est un bal de points de presse qui est ouvert. Dans la journée du  lundi 31 novembre, le procureur de la République Badirou Lawani et le Collectif des avocats de l’homme d’affaires Sébastien Ajavon ont rencontré les hommes des medias pour les tenir informer de l’évolution du dossier. Ci-dessous les clarifications de l’autorité judiciaire et les précisions des avocats.

Mesdames et messieurs,
Dans la matinée du vendredi 28 octobre 2016, le parquet près le Tribunal de première instance de Cotonou a reçu l’information selon laquelle un conteneur qui contiendrait des produits prohibés se trouverait dans l’enceinte du Port de Cotonou.
Une enquête a été dès lors ouverte et a conduit d’abord à la découverte d’une quantité de 17,265 Kg de substance qui, à considérer les testes effectués pa les spécialistes, seraient de la cocaïne.
A partir de ces éléments de faits et conformément aux dispositions légales en la matière, l’enquête a démarré avec l’expertise de l’Office central de répression du trafic illicite de la drogue et des stupéfiants (Ocertid).
Par souci d’efficacité et de cohérence dans la conduite de l’enquête, une commission mixte d’enquête judiciaire a été mise en place. Il est à noter qu’à la suite de cette découverte, quatre personnes contre lesquelles il existe des indices graves et concordants ont été interpellés et gardées à vue pour les nécessités de l’enquête. Il s’agit de personnes (dirigeants ou agents) de sociétés ayant un drôle actif ou non dans la chaîne de l’importation des produits majoritairement retrouvés dans le conteneur en cause.
Il est à préciser que :
1. Deux conteneurs ont été embarqués depuis le Brésil à destination de la société Comon Sa au Bénin. Contrairement à ce qu’on a pu entendre, le conteneur inspecté le vendredi 28 octobre 2016 ne faisait pas partie d’un grand nombre de conteneurs à l’embarquement ; ils n’étaient que deux.
2. Les deux conteneurs dont les numéros de série se suivent, le premier portant le numéro C 16101049, et le second, le numéro C 16101048  ont été transbordés à Las Palmas avant d’être acheminés sur Cotonou le 26 octobre par le navire Msc Sophie après une escale à Lagos.
3. Vingt quatre heures avant l’arrivée du navire à Cotonou soit le 25 octobre, la société Comon Sa destinataire des deux conteneurs a déposé auprès des services de douane « des déclarations sommaires » devant lui permettre, par le biais d’une procédure spéciale, de procéder à l’enlèvement immédiat desdits conteneurs dès leur débarquement du navire et à leur acheminement direct, sur le terminal à conteneurs de la société Socotrac Sarl sise à Djeffa Sèmè-Podji. Les formalités douanières définitives et les éventuels contrôles douaniers ne devant se faire qu’à Djeffa sur le site de la société.
4. C’est dans ces conditions que des informations nécessitant une inspection des conteneurs sont parvenues aux services béninois dans le cadre de la coopération internationale pour la lutte contre les stupéfiants.
En raison de cette découverte et des besoins d’enquête, des mesures de placement en garde à vue ont été prononcées et ont dû être prorogées à l’encontre des personnes mises en cause. L’équipe des enquêteurs s’active sur mes instructions dans la poursuite des investigations en toute sérénité et professionnalisme en vue de la suite procédurale pertinente à y donner dans les meilleurs délais.
En raison de ce que seul le parquet a, en l’état, pouvoir de s’exprimer sur les affaires dont est saisie la Justice, je me ferai le devoir, pour autant que ce sera nécessaire au droit du citoyen à être informé et en conformité avec la législation en vigueur, de vous faire part en temps opportun, des suites de la procédure.
 Je vous remercie