Spread the love

justice1Quelques jours après la fusillade de deux présumés détenus en fuite  à Natitingou, les parents d’une victime innocente sont remontés contre les gardes de la prison civile de Natitingou. Ils ont prouvé que l’une des deux personnes tuées était belle et bien leur fils, le jeune Josias Sagui Kouandété.

La famille Sagui Kouandété de Natitingou pleure le départ tragique et prématuré de l’un de ses fils. Il s’agit de Josias Sagui Kouandété, un jeune homme de 18 ans abattu froidement par la garde de la prison civile de Natitingou lors de la chasse poursuite de deux détenus qui ont tenté de fuir au tribunal de Natitingou. En effet, les gardes de la prison civile renforcés par des militaires du 6ème Bia de Natitingou étaient à la recherche de ces deux détenus peulhs condamnés à 24 mois d’emprisonnement ferme à l’audience du jeudi 31 mai dernier au tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou. Dans la battue organisée dans une brousse au quartier Yokossi jouxtant l’hôpital de zone de Natitingou, l’un des gardes de la prison civile de Natitingou a confondu le jeune Josias Sagui Kouandété à l’un des détenus peulhs recherchés. D’après un proche parent de la victime, le jeune Josias serait allé volontairement à la recherche des détenus en fuite suite aux cris d’alarme lancés par les gardes de la maison d’arrêt de Natitingou. Ce jeune homme n’étant pas rentré à la tombée de la nuit, ses parents sont allés à sa recherche. Après avoir écouté la description faite par les témoins du drame, ceux-ci ont compris que le jeune Josias serait abattu.  Mais, toutes les tentatives pour vérifier l’identité des cadavres ont été vaines. Il a fallu qu’ils attendent le lendemain, vendredi 1er juin pour à l’évidence qu’il s’est agi effectivement de leurs fils. Il a été reconnu que la victime n’est vraiment pas l’un des détenus pourchassés. Informée de la situation, une délégation préfectorale accompagnée du maire de la commune de Natitingou, N’Da Antoine N’Da est allée présenter ses condoléances à la famille éplorée ce dimanche 3 juin 2018. Elle a été suivie par les membres d’une commission d’enquête ouverte pour élucider cette situation qui, il faut le souligner est la deuxième du genre dans la ville de Natitingou. Ce lundi 4 juin, les parents du jeune Josias SaguiKouandété devaient déposer une plainte pour le meurtre de leur enfant.

 Prince Ouindé

(Coll)