Spread the love
houde-yehouetome
Houdé et Yèhouétomè étaient face à la presse

Le jeudi 1er novembre a eu lieu à Porto-Novo au siège de l’Assemblée nationale un point de presse pour situer l’opinion publique sur les allégations mensongères du député Basile Ahossi sur l’état financier de l’Assemblée nationale. Valentin Aditi Houdé et Boniface Yèhouétomè, respectivement 1er et 2ème questeurs ont apporté des clarifications à ce sujet.

Les comptes de l’Assemblée nationale ne sont pas au rouge. C’est l’information principale à retenir de la sortie des deux questeurs. Valentin Aditi Houdé le conférencier principal a déploré les agissements de son collègue Basile Ahossi qui, à travers ses propos, jette du discrédit sur l’institution parlementaire. « Le 2ème questeur et moi sommes jusqu’à nouvelle ordre les gestionnaires administratifs et financiers de l’Assemblée nationale », a-t-il dit. A l’en croire, le député Basile Ahossi comme tous les députés, ont été régulièrement payés avant la fin du mois de janvier. Il en est de même pour le personnel administratif  civil et militaire de l’institution parlementaire. Selon lui, l’Assemblée nationale continue d’être en règle vis-à-vis de ces prestataires de services. « Il peut y avoir des problèmes entre des individus, mais ce n’est pas bien de le transposer à toute une institution », a-t-il dit. Le 1er questeur n’a pas manqué de rappeler les bonnes relations qu’il entretien avec Basile Ahossi depuis 37ans. Selon lui, la bonne démarche aurait été de se rapprocher de lui afin d’avoir la vraie information au lieu de distiller des rumeurs dans l’opinion publique. En effet, selon le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le président est tenu de présenter tout au moins deux fois dans l’année son rapport d’activités. Depuis la présente législature, le rapport du président Adrien Houngbédji a toujours été voté à 100% à une exception près qui est celle du dernier rapport ou le député Atao Mohamed Hinnouho a voté contre. Le député Basile Ahossi a toujours voté pour les rapports du président de l’Assemblée nationale. De plus, le règlement intérieur de l’Assemblée nationale en son article 22 stipule que « tout député peut adresser au président de l’institution des questions écrites ou orales sur ses activités et sa gestion et le président dispose d’un délai de 15 jours pour répondre ». Cette disposition est bien connue de Basile Ahossi, qui a préféré ne pas emprunter cette voie mais a choisi de dire des contre-vérités dans les médias. « S’il a des problèmes avec Adrien Houngbédji, je crois qu’il connait son bureau et il peut aller le voir pour le régler », a-t-il ajouté. La procédure de décaissement au Parlement est connue de tous et il faut cesser d’intoxiquer le peuple. « Cette forme d’opposition de peindre tout ce qui se fait dans le pays en noir est mauvaise et je recommande à mon collègue de changer de paradigme », a-t-il conclu.

 Armel Nelson Avadémey