Spread the love

justiceC’est au petit matin de ce Jeudi 17 novembre 2016 que le juge des libertés a rendu son verdict dans l’affaire dite Ségub, Société d’exploitation du guichet unique du Bénin. Il y a eu des libérations sous convocations des personnes placées sous mandat de  et des garde à vue prorogées après l’audience d’hier.

Trois incarcérations de deux jours, quatre détentions provisoires et plusieurs personnes placées sous contrôles judiciaires avec versement de caution, c’est le verdict du juge des libertés et détentions près le tribunal de première instance de Cotonou prononcé tôt dans le dossier Ségub suite au résultat  de l’audit commandité par le gouvernement et couvrant la période de mars 2012 à avril 2016. Ils étaient une trentaine de personnes auditionnées par le procureur de République, puis par le juge d’instruction et enfin par le juge des libertés et détentions conformément aux exigences du nouveau code  des procédures pénales en vigueur au Bénin. Parmi ces personnes placées sous contrôle judiciaire figurent l’ancien maire de la commune de Sème-Kpodji Mathias Gbèdan contraint de verser 10 million de franc CFA comme caution, même condition pour l’ex directeur général du Cnsr Sylvain Zohoun et Frédéric Béhanzin. S’agissant de Pascal Genet et Nicolas Duval, respectivement directeur général et directeur des opérations de la Société d’exploitation du guichet unique du Bénin (Ségub), ils ont été placés sous contrôle judiciaire et obligés de verser chacun 50 million de franc Cfa. Leur collaborateur Marcel Alapini,  est placé sous le même régime de contrôle judiciaire et est obligé quant à lui de verser 20 million de franc Cfa dans les caisses de l’Etat. Il faut dire que les personnes placées sous contrôle judiciaire ont au plus deux mois pour s’acquitter de leur caution. De plus ils ne doivent pas dépasser la limite (Cotonou-Abomey-Calavi-Porto-Novo)  sous peine d’arrestation à en croire le juge des libertés.