Spread the love

affrontement-tanguietaUn sanglant affrontement est intervenu samedi 17 février 2018 à Tanguiéta entre les gardes-faune de African Parks Network et les chasseurs de gibier. Le bilan fait état de 7 blessés dont un grave et des dégâts matériels.

D’après les informations recueillies sur-place, les chasseurs traditionnels de gibier se sont introduits dans la zone interdite du parc de la Pendjari actuellement mis en affermage et confié à l’Ong internationale African Parks Network. Les gardes-faune en patrouille aux alentours du parc de la Pendjari ont procédé à la saisie systématique des engins appartenant aux chasseurs. Toutes les motos saisies ont été immédiatement convoyées à la police républicaine de Toucountouna. Les chasseurs, une fois de retour et ayant constaté la disparition de leurs moto, ont pris d’assaut le siège de African Parks Network où, ils ont saccagé les véhicules et  bâtiments avant d’envahir la route inter Etat n°3. A l’aide des grosses pierres et troncs d’arbre, ces chasseurs ont barricadé l’entrée et la sortie de la ville de Tanguiéta avant de brûler des pneus sur cette route nationale inter Etat reliant le Bénin au Burkina Faso.  Informés de la situation, les éléments de la police républicaine ont effectué une descente sur les lieux. Un affrontement sanglant s’en est suivi entre ces manifestants armés de gourdins et de haches avec les forces de l’ordre. A l’aide des jets de pierres et de gourdins, ils ont réussi à blesser  grièvement trois agents de la police républicaine dont un dans un état critique admis en urgence à l’hôpital St Jean de Dieu de Tanguiéta. La réplique des forces de l’ordre, qui ont eu le renfort de leurs collègues des localités avoisinantes,  avec des gaz lacrymogènes et des tirs de sommation, a occasionné 4 blessés graves dans le rang des manifestants. L’intervention en grand nombre des forces de l’ordre ainsi que des autorités communales a permis le retour au calme et la rétrocession de toutes les motos saisies aux propriétaires. Une séance de crise est prévue ce lundi 19 février à Tanguiéta pour un apaisement total de la tension. Le gouvernement de la Rupture a dépêché pour la circonstance une délégation composée de trois de  ses membres et trois députés à l’Assemblée nationale pour un règlement pacifique de la situation. Le maire de la Commune de Tanguiéta, Paul Sahgui, appelle depuis cet affrontement, ses  administrés au calme. Signalons que le parc de la Pendjari est une réserve de biosphère protégée et constitue un grand site touristique dans la sous-région.

 Hervé M. Yotto