Spread the love

charles-toko1La municipalité de Parakou a organisé, du vendredi 18 au samedi 19 novembre 2016, un séminaire atelier sur la renaissance culturelle et artistique de la localité. Les acteurs culturels et artistiques conviés à la réflexion sont parvenus à établir une liste de recommandations visant à faire de Parakou l’épicentre de la culture et de l’art au Bénin, comme l’ambitionne le maire Charles Toko.

Deux jours durant, les participants ont réfléchi sur le développement  culturel et artistique de la 3ème Commune à statut particulier de Parakou. Sous la conduite du président du comité d’organisation, Marcel Orou Fico, deux communications ont servi de point de départ aux travaux. Ceci, pour identifier ce que doit être le développement culturel et artistique dans cette commune dans les toutes prochaines années. A l’ouverture comme à la clôture des débats, les autorités municipales ont pris l’engagement de faire des résultats issus des travaux, leur cheval de bataille pour une réelle renaissance culturelle de Parakou. Le maire de a pris le ferme engagement de ne pas ranger comme c’est souvent coutume, les propositions de solutions aux différents problèmes qui freinent le développement culturel dans la cité des Kobourou. Charles Toko a tout d’abord dit merci aux participants qui ont, sans relâche, œuvré pour l’identification des pistes de développement dans ce domaine. Il compte sur ces acteurs culturels et artistiques pour avancer. L’autorité municipale a souligné que les résultats de leurs travaux méritent d’être mis en œuvre. Par ailleurs, il a indiqué que leur responsabilité est d’attirer son attention sur toutes les opportunités possibles par écrit, des appels et autres procédés. De même, il a déclaré qu’il est impérieux que la commune de Parakou retrouve ses marques sur le plan culturel avant de faire savoir que la ville qu’il dirige sera l’épicentre de la culture au Bénin. Entre autres recommandations retenues à ces assises, le renforcement de capacités des artistes à travers des formations des artistes, la construction d’un palais de culture aux normes internationales d’environ 5000 places, la mise sur pied d’un réseau de producteurs, l’implication des médias dans la promotion des œuvres artistiques et culturelles, l’appui financier des initiatives artistiques et culturelles, la réhabilitation de la maison des jeunes et loisirs de Guéma dans le 2ème arrondissement de Parakou.

Hervé Yotto

(Br Borgou-Alibori)