Spread the love
Le ministre Jean Claude Houssou en tête à tête avec le DG de la Soneb David Babalola
Le ministre Jean Claude Houssou en tête à tête avec le DG de la Soneb David Babalola

Le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines était ce Vendredi 6 octobre devant les Députés pour répondre aux questions liées aux accords de prêt visant l’amélioration des secteurs de l’électricité et de l’eau. Deux accords de prêts ont été votés par la même occasion.

Il s’agit du projet portant « Autorisation de ratification de l’Accord de financement additionnel signé le 14 août 2017 avec l’AID dans le cadre du Projet d’Amélioration des Services Energétiques (PASE) et celui portant « Autorisation de ratification de l’Accord de prêt signé avec Eximbank de Chine dans le cadre du financement du projet de renforcement des systèmes d’alimentation en eau potable des villes de Savè, Dassa-Zoumè, Glazoué et environs à partir des eaux de surface ». Cela n’a été possible que la semaine dernière lorsque le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines (MEEM) est allé défendre en personne ces dossiers en répondant aux questions des Députés.

 En effet, le Programme d’Actions du Gouvernement du Président Patrice Talon « Bénin Révélé » prévoit, entre autres, de donner de l’eau potable à tous les Béninois à l’horizon 2021, soit 10 ans avant l’échéance fixée par les Nations-Unis à travers l’ODD 6 et qui fait de l’accès universel à l’eau potable une recommandation importante. Par conséquent, une attention particulière est mise sur des régions du Bénin où le problème d’accès à l’eau potable se pose avec acuité. Ainsi, d’un montant de 50 milliards FCFA, cet accord de prêt va permettre de desservir  sous peu les villes de Savè, Dassa-Zoumè, Glazoué et environs à partir des eaux de surface. Le ministre Dona Jean-Claude Houssou n’a pas manqué de donner des informations sur les autres localités du Bénin qui bénéficient également de projet dans le domaine de l’eau. On pourra citer Parakou et ses environs, Djougou, N’Dali, Pèrèrè, Tchaourou, Tanguiéta etc.

En ce qui concerne le domaine de l’électricité, les motivations sont les mêmes. Les populations béninoises sont en proie aux multiples problèmes de fourniture permanente et de qualité de l’énergie. Le Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) qui s’occupe de la distribution est également en déliquescence avec ses finances et ses installations pour la plupart vétustes. Pire, l’utilisation faite de l’énergie électrique disponible dans les administrations publiques pose également problème. Donc, c’est pour « améliorer les performances opérationnelles de la Sbee, étendre l’accès à l’électricité dans les zones ciblées et promouvoir la gestion communautaire des ressources forestières » que ce projet qui a fait objet de ratification Vendredi dernier a vu le jour. Et le ministre en charge de l’Energie a pris le soin nécessaire de répondre aux nombreuses préoccupations des élus du peuple. Des dispositions prises pour éliminer les toiles d’araignées à la bonne gouvernance de la Sbee, en passant par le bien-fondé des remplacements des compteurs conventionnels, la mise sous tension de la ligne Sakété-Porto-Novo etc., toutes les réponses utiles ont été fournies à la représentation nationale.

Selon les explications du ministre Dona Jean-Claude Houssou, tout le Bénin doit être en chantier dans ses deux sous-secteurs  et avant la fin du quinquennat en cours, les problèmes d’eau potable et d’énergie électrique seront progressivement conjugués au passé.