Spread the love

Blanche SononLes Organisations de la société civile ont validé la révision de la Constitution. Elles l’ont fait savoir, hier au Chant d’oiseau, à l’occasion de la conférence de presse animée par le réseau Social watch Bénin en collaboration avec le Laboratoire citoyennetés.

L’amendement de la Constitution du 11 décembre 1990, initié par les députés du Bloc de la majorité parlementaire, a reçu la caution des Organisations de la société civile. Elles ont affiché leur position par rapport à ce projet, à l’issue des débats qui ont sanctionné la séance de travail organisée par Social watch Bénin en collaboration avec le Laboratoire citoyennetés. Tous les participants à cette rencontre ont reconnu la justesse de l’initiative des députés et ont estimé qu’il est indispensable de modifier la loi fondamentale du pays. Pour ce faire, les Osc ont exprimé leur disponibilité à accompagner le processus. Ainsi, le projet de révision proposé par les députés, particulièrement la création de la Cour des comptes et la promotion de la représentation des femmes fait l’unanimité auprès des acteurs politiques et de la Société civile. A les entendre, cette révision s’inscrit dans une logique de bonne gouvernance et de développement. Les Osc accompagnent donc la proposition de modification relative à la suppression de la peine de mort, à la création de la Cour des comptes, à la promotion d’une meilleure représentation des femmes et prennent acte de celle relative à l’alignement des élections au Bénin. Elles veulent donc apporter leur soutien à l’initiative de révision de la Constitution qui engage la vie sociale, politique et économique du pays. Toutefois, les Osc insistent sur l’élargissement des dispositions particulières qui assurent la promotion de l’élection des femmes, non seulement à l’Assemblée nationale, mais aussi au niveau des conseillers communaux, élus locaux etc. S’agissant de la création de la Cour des comptes, les Osc ont estimé qu’il est nécessaire de renforcer l’indépendance de la juridiction financière à naître en arrimant sa loi organique aux normes de l’organisation internationale des institutions supérieure de contrôle des finances publiques. Par ailleurs, la présidente de Social watch Bénin, Blanche Sonon, a fait savoir que les Osc soucieuses de la préservation des valeurs et principes démocratiques chèrement acquis de l’historique conférence des forces vives, en appellent à la défense de l’intérêt supérieur et de consensus. Dans cette même dynamique, elle invite la représentation nationale à ne s’en tenir qu’au respect stricte des quatre points soumis à cette révision.

 Odi I. Aîtchédji